2 min de lecture UMP

Nomination contestée aux régionales : Laurent Wauquiez, "haï", mais toujours là

Laurent Wauquiez a été nommé chef de file de la région Rhône-Alpes-Auvergne. Un choix qui a réveillé certaines tensions entre l'UMP et l'UDI.

Laurent Wauquiez, en juin 2014 (illustration).
Laurent Wauquiez, en juin 2014 (illustration). Crédit : ERIC FEFERBERG / AFP
Claire Gaveau
Claire Gaveau
Journaliste RTL

L'UMP a désigné sept de ses treize chefs de file pour les élections régionales de décembre 2015. La Commission nationale d'investiture (CNI) a donc nommé Valérie Pécresse (Île-de-France), Bruno Retailleau (Pays de la Loire), Xavier Bertrand (Nord-Pas-de-Calais-Picardie), Marc Le Fur (Bretagne), Philippe Richert (Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine) ou encore Alain Joyandet (Bourgogne-Franche-Comté). 

Wauquiez/Barnier, le duel des opposés

Mais c'est bien la nomination de Laurent Wauquiez comme chef de file de la région Rhône-Alpes-Auvergne qui fait aujourd'hui polémique. Le débat est donc lancé entre l'UMP et l'UDI. Le parti centriste regrette ce choix tourné vers l'extrême droite et non vers le centre de l'échiquier politique. "Si la décision est confirmée, l'UDI aura une liste et la proposera au MoDem, et ce, malgré les tentatives de débauchage, incessantes, insultantes et insupportables de M. Wauquiez", a expliqué Jean-Christophe Lagarde, président du parti. "Nous investirons notre candidat lors de la prochaine réunion du bureau exécutif", a-t-il ajouté.

C’est un passage en force que rien ne justifie, sauf à imposer une ligne qui n’est pas la mienne

Michel Barnier
Partager la citation

L'Union des Démocrates et Indépendants misait sur la candidature de Michel Barnier l'ancien commissaire européen, plus centriste que son adversaire. "C’est un passage en force que rien ne justifie, sauf à imposer une ligne qui n’est pas la mienne et qui ne correspond pas à l’intérêt de cette région. Ce sont des méthodes d’autrefois", a-t-il déclaré à La Montagne.

Wauquiez, un habitué des conflits

Surtout que Laurent Wauquiez n'en est pas à sa première bisbille. Nommé secrétaire général de l'UMP le 5 décembre dernier, le maire du Puy-en-Velai s'était alors lancé dans un combat à distance avec Nathalie Kosciusko-Morizet. La place de numéro 2 du parti en jeu. Taille du bureau, ascenseur... Tout y passe même si le fond de la question reste bien plus sérieux. Fallait-il recentrer l'UMP ou prendre un virage à droite alors que le candidat à la future deuxième région française est un disciple du très droitier, Patrick Buisson

Comme tout le monde le hait, il ne pourra pas durablement comploter contre moi

Nicolas Sarkozy
Partager la citation
À lire aussi
Jean-Claude Gaudin le 7 avril 2015 au Sénat. Jean-Claude Gaudin
Jean-Claude Gaudin placé sous le statut de témoin assisté

Mais l'UDI n'est pas le seul à voir d'un mauvais œil sa politique. Nicolas Sarkozy lui même avait lancé une pique en direction du numéro 3 du parti. "Un secrétaire général n’est pas fait pour être aimé, et comme tout le monde le hait, il ne pourra pas durablement comploter contre moi", avait lancé l'ancien président de la République. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
UMP Laurent Wauquiez Élections régionales
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants