1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. NKM écartée de la direction des Républicains ? "On verra bien"
1 min de lecture

NKM écartée de la direction des Républicains ? "On verra bien"

INVITÉE RTL - La numéro 2 de l'ex-UMP pourrait faire les frais du renouvellement des instances dirigeantes du nouveau parti du Nicolas Sarkozy.

Nathalie Kosciusko-Morizet, invitée de RTL, le 1er juin 2015
Nathalie Kosciusko-Morizet, invitée de RTL, le 1er juin 2015
Crédit : Paul Guyonnet / RTL.fr
Nathalie Kosciusko-Morizet : "Les Républicains, c'est l'unité et la diversité"
07:19
Nathalie Kosciusko-Morizet : "Les Républicains, c'est l'unité et la diversité"
07:18
Benjamin Hue
Benjamin Hue

Depuis quelques jours, on la dit sur la sellette. "On verra bien", lâche Nathalie Kosciusko-Morizet sur l'antenne de RTLlundi 1er juin. En marge du congrès fondateur des Républicains, les spéculations sur le remaniement de l'équipe dirigeante du nouveau parti, particulièrement la non-reconduction de son actuelle vice-présidente, se font de plus en plus insistantes.

Selon Le Parisien et Le Journal du Dimanche, la liberté de parole de la numéro 2 de l'ex-UMP agace Nicolas Sarkozy. "Il n'y a que lui qui peut répondre à tout ça", rétorque la députée de l'Essonne au micro de Jean-Michel Aphatie. L'ancien chef de l'État lui aurait notamment fait part de son mécontentement à l'égard de ses positions à contre-courant de la ligne officielle de l'UMP sur les questions de l'islam ou de la fiscalité. "Pas récemment", élude-t-elle en souriant.

"Heureuse" d'avoir mené à bien sa "mission"

"Chacun ses responsabilités, poursuit NKM. Je ne suis pas en charge de l'organigramme, c'est Nicolas Sarkozy, je suis sûr qu'il y travaillera cette semaine", explique celle qui s'estime "heureuse" d'avoir pu "mener à bien la réforme des statuts" de l'UMP et "faire la féminisation des instances du parti", qui n'était "pas inscrite dans l'ADN de [sa] famille politique".

Quand bien même elle serait écartée du nouvel organigramme, NKM souhaite que "tout cela se fasse dans le respect des uns et des autres et de la diversité des opinions". "Je tiens beaucoup à ça, particulièrement, parce que c'est ma manière d'être", martèle-t-elle, conformément aux garanties qu'elle avait réclamé sur sa liberté de parole lors de son intronisation au sommet des instances dirigeantes du parti au mois de décembre dernier. Interrogée sur une éventuelle candidature à la primaire pour la présidentielle de 2017, elle botte en touche : "Vous le saurez en 2016".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/