1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Nicolas Sarkozy : les 6 points à retenir de son interview sur RTL
3 min de lecture

Nicolas Sarkozy : les 6 points à retenir de son interview sur RTL

VIDÉOS - Le chef de file des Républicains a répondu aux questions d'Olivier Mazerolle mercredi 4 novembre, avant de dialoguer avec les auditeurs.

Nicolas Sarkozy défend l'exclusion de Nadine Morano de la liste des Républicains en Meurthe-et-Moselle
Nicolas Sarkozy défend l'exclusion de Nadine Morano de la liste des Républicains en Meurthe-et-Moselle
Crédit : Frédéric Bukajlo
Nicolas Sarkozy à François Hollande : "Monsieur le président, c'est vous le président, pour l'instant"
00:29
Air Cocaïne : Sarkozy "veut comprendre pourquoi le contribuable doit payer pour le surveiller"
19:42
Sarkozy sur l'exclusion de Nadine Morano : "Si c'était à refaire, je le referais"
03:47
Nicolas Sarkozy : "Le lieu adéquat pour la négociation est l'entreprise"
03:06
Raphaël Bosse-Platière & La rédaction numérique de RTL

Nicolas Sarkozy est au cœur de l'actualité. Le président des Républicains, qui vient de repasser en tête des intentions de vote pour la primaire à droite en vue de 2017, a récemment présenté un certain nombre de mesures sur la sécurité, l'immigration et la justice. Des thématiques qu'il a abordées sur RTL, ce mercredi 4 novembre.

Restaurer "l'autorité de l'État"

"Tous les agrégats sur la violence et les vols explosent", s'est alarmé Nicolas Sarkozy, qui estime qu'il "y a un grave problème de l'autorité de l'État". Le président des Républicains s'est alors exprimé sur les solutions, selon lui, aux problèmes de sécurité. "La première conviction est de recentrer le travail de la gendarmerie et de la police sur les missions essentielles", affirme-t-il. L'autre proposition est de renforcer l'ordre public, "que vous n’ayez pas peur", martèle-t-il. Il faut, selon lui, favoriser "le renseignement et l’investigation pour retrouver les coupables de crimes et délits". Ces institutions sont aujourd'hui "embarrassées de quantité de missions qui pourraient être faites par les autres."

Plus de places de prison

Nicolas Sarkozy est revenu sur ses propositions concernant la justice, dont la suppression de la possibilité de demander le réaménagement des peines planchers au-delà d'une peine de 6 mois de prison. Et d'annoncer : "Nous avons besoin de 20.000 places de prison supplémentaires." Et pour financer leur construction, l'ancien Président a une solution : "Le coût de la fermeture de Fessenheim, soit 3 milliards d'euros, devrait être alloué aux prisons".

Nicolas Sarkozy propose aussi de ne pas laisser rentrer en France "toute personne partie faire le djihad, s'il est étranger ou de double nationalité". 

Le fiasco du Mistral

À lire aussi

L'ancien président de la République a déploré l'annulation de la vente des navires à la Russie à cause de la crise en Ukraine qui "a coûté directement un milliard d'euros et indirectement deux milliards d'euros" au gouvernement français.

Le cas Morano

"J'ai estimé que l'on ne pouvait pas être tête de liste en expliquant que la France était une race", a expliqué Nicolas Sarkozy, qui estime que "la République ce n'est pas une question de race". "J'ai été triste de faire cela mais je l'ai fait", explique celui qui a exclu Nadine Morano de la liste Les Républicains aux régionales dans le Grand-Est. Mais "si c'était à refaire, je le referai", a affirmé le Président des Républicains.

Le conflit syrien et l'avenir de Bachar al-Assad

"Bachar al-Assad ne peut pas incarner l'avenir de son pays", affirme Nicolas Sarkozy. L'ex-chef de l'État estime qu'il peut y avoir "un compromis entre faire partir Bachar al-Assad et le garder 40 ans".

Tacles contre la majorité

Manuel Valls a été la première cible de Nicolas Sarkozy. "Monsieur Valls a le droit de dire ce qu’il veut, mais je n’ai pas l’intention de l’interroger pour savoir ce que je dois dire ou pas, a lancé Nicolas sarkozy. La question n'est pas ce que pense Monsieur Valls, la question est : est-ce qu'il pense que l’autorité de l’État est respectée aujourd'hui, et est-ce qu'il pense, comme le vivent des millions et des millions de Français, qu'il y a un problème d'explosion de l'insécurité ?"

Puis le chef de file des Républicains a taclé François Hollande, notamment sur la suppression de certaines mesures de son quinquennat entreprise par la gauche à son arrivée au pouvoir en 2012. "Monsieur le président, c'est vous le président, ce n'est plus moi... pour l'instant"

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/