4 min de lecture Anne Hidalgo

Municipales à Paris : NKM-Hidalgo, le règlement de comptes permanent

DÉCRYPTAGE - Les deux candidates se rendent ce dimanche 9 mars dans le studio du "Grand Jury" pour un nouvel épisode de la bataille qu'elles mènent à distance depuis de nombreux mois.

RomainRenner1
Romain Renner
Journaliste RTL

L'affrontement entre Nathalie Kosciusko-Morizet et Anne Hidalgo se poursuit. Plus d'un mois après le débat de 90 minutes organisé par LCI, Europe 1 et Le Parisien qui les avait réunies pour la première fois sur un même plateau, les deux candidates à la mairie de Paris vont passer chacune leur tour sur le plateau du Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI, ce dimanche 9 mars.

Les deux femmes ont été précédées de Wallerand de Saint-Just (FN), Christophe Nadjovski (Europe Écologie-les Verts) et Danielle Simmonet (Front de gauche), invités de RTL Soir samedi 8 mars, mais auront droit à une demi-heure d'interview chacune. La candidate UMP affirme d'ailleurs que sa rivale a refusé la confrontation et qu'elle aurait déjà décliné deux propositions de débat sur la culture. Une nouvelle provocation dans une campagne faite d'invectives à distance.

Trop-plein d'ambition contre héritage

Il est vrai que celles qui avaient promis une élection propre et fair-play se livrent depuis plusieurs mois à un affrontement féroce, quitte à s'éloigner du terrain politique. Légitimité de la candidate socialiste pour l'une, bilan au ministère de l’Écologie pour l'autre, accusations de mensonges en tous genres pour les deux : tous les angles d'attaque sont bons pour déstabiliser l'adversaire.

À lire aussi
Le camp de migrants de la porte de la Chapelle à Paris, le 4 avril 2019 Migrants
Accueil des migrants : 13 maires, dont Anne Hidalgo, dénoncent une "situation indigne"

Le système de désignation de l'héritière de la municipalité à gauche est quasi-monarchique

Nathalie Kosciusko-Morizet
Partager la citation

Il n'aura en effet pas fallu attendre plus longtemps que février 2013 pour que les premières piques personnelles ne soient lancées. Anne Hidalgo accuse alors son adversaire de vouloir "se servir" de Paris. "Elle abandonne d’une certaine façon les habitants de Longjumeau à qui elle jurait fidélité il y a encore quelques mois (...). Elle n’a jamais caché ses velléités par rapport aux primaires au sein de l’UMP ou même à la présidentielle", affirme-t-elle alors.

Une attaque répétée pas plus tard que ce 9 mars : "Elle est députée de l'Essonne : j'ai le sentiment que les administrés qui ont voté pour elle en 2012, depuis un an, puisque la campagne est lancée depuis un an, ne la voient pas beaucoup. L'essentiel de son activité, c'est d'être candidate à la mairie de Paris et sûrement pour autre chose encore derrière qui n'a pas grand chose à voir avec Paris".

NKM s'en prend, elle, à la manière dont sa rivale a été choisie par le Parti socialiste : "Le système de désignation de l'héritière de la municipalité à gauche est quasi-monarchique : ça s'appelle le dauphinat".

Petits mensonges entre ennemies

Mais le terrain d'expression favori des deux candidates reste celui de l'accusation de mensonge. Cela commence dès avril 2013, NKM affirmant qu'Anne Hidalgo a été condamnée en 2012 pour travail déguisé. L'ancienne ministre parle alors de "20.000 euros d'amende pour travail déguisé à l'Atelier parisien d'urbanisme (Apur)".

Réponse en deux actes de l'intéressée : "Je démens bien entendu de telles allégations et j'en appelle encore une fois à une campagne digne et respectueuse des personnes où la calomnie et les insinuations n'ont pas leur place", explique-t-elle. S'en suit un dépôt de plainte pour diffamation.

Elle prend plus que ses distances avec la vérité

Anne Hidalgo
Partager la citation

C'est, depuis, un véritable festival d'accusations et de démentis. NKM accusera Anne Hidalgo de préparer dans le plus grand secret un péage pour les camions à l'entrée de Paris - une semi-vérité, la candidate PS souhaitant mettre en place un péage à l'entrée de l'agglomération parisienne. "J'ai en ma possession des preuves d'un plan d'augmentation d'impôts qui est préparé par Mme Hidalgo si les Parisiens la choisissaient en mars", affirme Nathalie Kosciusko-Morizet en novembre.

"Elle prend plus que ses distances avec la vérité. Or, respecter les Parisiens c'est leur dire les choses telles qu'elles sont", répond Anne Hidalgo, avant de recevoir le soutien de Bertrand Delanoë : "NKM met son talent au service de la tactique et uniquement de la tactique. Je crois que Paris ne la fait pas vibrer, ni intellectuellement ni affectivement", lâche le maire sortant.

Un problème d'attitude

Et rien ne semble pouvoir calmer les deux candidates. Lorsque le débat porte sur le diesel, la candidate UMP raille la "fébrilité" ainsi que la "débauche de nervosité" de son adversaire. En face, Anne Hidalgo déplore le "mépris" de l'entourage de NKM, une "caste qui s'estime propriétaire de tout, et notamment du pouvoir".

Même les circonstances exceptionnelles semblent ne pas avoir de prise sur l'animosité qui habite Nathalie Kosciusko-Morizet et Anne Hidalgo. Alors que son père est hospitalisé, NKM reçoit deux tweets de soutien de la part de sa rivale. Un geste repoussé fermement : "J'ai été touchée de toutes ces marques de solidarité que j'ai reçues et j'ai été particulièrement touchée de celles qui se sont exprimées dans la plus grande pudeur".

Le simple fait de se croiser dans la rue, lors des premiers jours de l'année, semble agacer les deux candidates, qui se livrent à un échange de vœux que l'on qualifiera de glacial.

Et la tension ne semble pas prête de retomber, quel que soit le sujet. Anne Hidalgo a, par exemple, publié sa charte de déontologie, le lundi 20 janvier, à 9 heures. Une annonce surprise alors que Nathalie Kosciusko-Morizet avait prévu une séance officielle de signature de la "charte d'éthique des élus" avec ses têtes de liste, en présence de la presse à... 10 heures.

Et une dernière pour la route : la venue de Nicolas Sarkozy à un meeting de la candidate UMP a donné une nouvelle occasion à Anne Hidalgo de tacler son adversaire : "C'est quand même le retour de Nicolas Sarkozy soutenu par son ancienne porte-parole, c'est plutôt ce que j'ai vu hier". Le plateau du Grand Jury est prêt à accueillir un nouveau round.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Anne Hidalgo Bertrand Delanoë Nathalie Kosciusko-Morizet
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7769022122
Municipales à Paris : NKM-Hidalgo, le règlement de comptes permanent
Municipales à Paris : NKM-Hidalgo, le règlement de comptes permanent
DÉCRYPTAGE - Les deux candidates se rendent ce dimanche 9 mars dans le studio du "Grand Jury" pour un nouvel épisode de la bataille qu'elles mènent à distance depuis de nombreux mois.
https://www.rtl.fr/actu/politique/municipales-a-paris-nkm-hidalgo-le-reglement-de-comptes-permanent-7769022122
2014-01-21 19:28:00