1 min de lecture Élections municipales à Paris

Municipales à Paris : la main tendue de Valérie Pécresse à Rachida Dati

La présidente de la région Île-de-France, qui a quitté Les Républicains, propose une alliance à Rachida Dati, la candidate investie par LR pour mener la bataille des municipales à Paris.

Valérie Pécresse, le 29 août 2019.
Valérie Pécresse, le 29 août 2019. Crédit : ERIC PIERMONT / AFP
Marie-Pierre Haddad
Marie-Pierre Haddad
Journaliste RTL

Objectif : Paris. Rachida Dati a été investie par Les Républicains dans la course pour les élections municipales de mars prochain. Ancienne garde des Sceaux de Nicolas Sarkozy, la candidate est fréquemment décrite comme "pugnace mais clivante". La présidente de la fédération parisienne LR, Agnès Evren, résumait le cas Dati comme celle qui "veut l'investiture LR à un moment où personne n'en veut".

Valérie Pécresse mise sur une droite élargie. "La droite à Paris, ça n'est pas que Les Républicains. La droite à Paris, c'est aussi des Libres ! (son micro-parti, ndlr) des centristes, c'est aussi Pierre-Yves Bournazel et Agir. Moi je plaide pour un grand rassemblement et une alternance à Anne Hidalgo", explique-t-elle ce mercredi 13 novembre sur France Inter. 

C'est pourquoi la présidente de la région Île-de-France a proposé à Rachida Dati une alliance. "J'ai des élus Libres ! qui sont prêts à venir aider, notamment dans les arrondissements de l'est où la droite ne parle plus depuis des années", ajoute Valérie Pécresse. L'ancienne membre des Républicains a ajouté attendre la réponse de la candidate LR à Paris.

Un retard dans les sondages

Dans un sondage publié mi-septembre, elle n'arrive qu'en quatrième position avec 14%, derrière une liste de la majorité municipale menée par Anne Hidalgo (24%), Benjamin Griveaux (17%, LaREM) et Cédric Villani (15%, dissident).

À lire aussi
Du matériel pour les élections municipales (Illustration) élections municipales à Paris
Municipales à Paris : le MoDem veut supprimer "une entrée de périphérique sur cinq"

Pour la droite parisienne, l'époque des deux grands chelems de Jacques Chirac est loin, et la déroute aux élections européennes (8,48% des voix le 26 mai) a fini de précipiter la défection de barons parisiens, déjà secoués au lendemain des législatives de 2017 où des députés LaREM avaient raflé des sièges dans des circonscriptions qu'on pensait acquises à la droite. 

"L'équation va être compliquée mais l'enjeu est la survie de la droite à Paris", annonce franchement une responsable du parti. "LR risque d'être rayé de la carte. On peut perdre tous les arrondissements", ajoute un élu.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Élections municipales à Paris Valérie Pécresse Rachida Dati
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants