1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Marine Le Pen sur RTL : "Jean-Luc Mélenchon va de flop en flop"
1 min de lecture

Marine Le Pen sur RTL : "Jean-Luc Mélenchon va de flop en flop"

LE GRAND JURY - La présidente du Front national estime que son parti est la première force d'opposition au gouvernement d'Emmanuel Macron, devant la France insoumise.

Marine Le Pen invité du "Grand Jury", le 19 novembre 2017
Marine Le Pen invité du "Grand Jury", le 19 novembre 2017
Crédit : RTL / Frédéric Bukajlo / SIPA PRESS
Marine Le Pen invitée du "Grand Jury" dimanche 19 novembre 2017
53:33
Le Grand Jury du 19 novembre 2017
53:39
Benjamin Sportouch & Eléanor Douet

Invitée du Grand Jury, dimanche 19 novembre, Marine Le Pen a réaffirmé que le Front national était la première force d’opposition au gouvernement, et cela alors que dans un sondage paru en octobre dernier 46% des sondés considéraient que La France insoumise de Jean-Luc Mélenchon est la première formation d'opposition.

"Monsieur Mélenchon a fait beaucoup de bruit et d'ailleurs il n'en fait plus beaucoup. J'ai l'impression, qu'aujourd'hui, il va de flop en flop dans les initiatives qui ont été les siennes (...). Je pense que les Français nous ont désigné comme les opposants et ils l'ont justement fait en nous plaçant au second tour de l'élection présidentielle", affirme la présidente du Front national et députée du Pas-de-Calais. Selon elle, les Français ont estimé que les idées du parti étaient "le projet alternatif crédible". 

Interrogée sur le manque d'activité présumée des députés frontistes à l'Assemblée nationale, Marine Le Pen a tenu à rectifier les choses. "Les députés du Front national sont dans les 150 députés les plus actifs de l'Assemblée, alors même que n'ayant pas de groupe, nous sommes limités en temps de parole. Nous n'avons pas à rougir du travail que nous effectuons à l'Assemblée", justifie-t-elle.

L'Europe : clivage politique

Marine Le Pen pointe notamment la question européenne comme l'un des points principal qui font du Front national la principale force d'opposition. "On voit le clivage se mettre en place. Je pense qu'Emmanuel Macron a eu le sens politique de passer par la porte que nous avions entrouverte sur la fin du clivage gauche-droite et la mise en œuvre du vrai clivage qui traverse la vie politique française : le clivage entre les mondialistes et les nationaux, qu'on va transformer à l'élection européenne entre les européistes et les nationaux", souligne-t-elle. 

À lire aussi

"Sur l'Europe, il y a deux projets qui sont totalement contraires et entre Emmanuel Macron et nous, il n'y a rien, il n'y a personne", estime la présidente du Front national. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/