1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Marie-Noëlle Lienemann quitte le PS : "Je suis arrivée au bout du chemin"
1 min de lecture

Marie-Noëlle Lienemann quitte le PS : "Je suis arrivée au bout du chemin"

INVITÉE RTL - La sénatrice se confie sur les raisons qui l'ont poussée à quitter le Parti socialiste dans lequel elle évoluait depuis 46 ans. Elle souhaite créer un nouveau parti d'ici le mois de janvier prochain.

Marie-Noëlle Lienemann, invitée du 13 octobre 2018
Marie-Noëlle Lienemann, invitée du 13 octobre 2018
Crédit : RTL
Marie-Noëlle Lienemann quitte le PS : "Je suis arrivée au bout du chemin"
06:46
Marie-Noëlle Lienemann quitte le PS : "Je suis arrivée au bout du chemin"
06:46
Stéphane Carpentier & Léa Stassinet

C'est une page qui se tourne pour Marie-Noëlle Lienemann. La sénatrice parisienne a annoncé ce samedi 13 octobre qu'elle quittait, après 46 ans années de militantisme, le Parti socialiste. Elle souhaite désormais s'atteler à la création d'un nouveau parti.

"Je suis arrivée au bout du chemin, ce parti ne ressemble plus à l'ambition qui a fait mes engagements", a confié Marie-Noëlle Lienemann sur RTL, ce samedi. Pour elle, le PS est "devenu un parti de centre-gauche, ambigu par rapport à Emmanuel Macron, qui ne veut réellement l'unité des forces de gauche". 

Marie-Noëlle Lienemann le reconnaît, elle aurait "pu partir durant le quinquennat précédent", qu'elle juge "désastreux". "Mais je ne me résolvais pas a voir le parti de Jaurès et Mitterrand entre les mains des sociaux-libéraux. J'ai espéré qu'il y aurait ce sursaut après l'échec". Mais il n'a pas eu lieu, et la sénatrice en a tiré les conséquences. 

Un nouveau parti "écolo, républicain et socialiste"

Avec ses "amis" du MRC (Mouvement Républicain et Citoyen), la sénatrice espère créer son mouvement d'ici janvier prochain. Un nouveau parti "qui va reprendre cette flamme d'une gauche écologiste, républicaine et socialiste", affirme-t-elle, affichant sa proximité avec la France insoumise et évoquant même l'idée d'un "Front populaire". "Nous dialoguons avec Jean-Luc Mélenchon", a-t-elle expliqué, assurant qu'elle n'avait "pas d'ennemis à gauche". 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/