2 min de lecture Manuel Valls

Manuel Valls donne la réplique à Nicolas Sarkozy et au FN

Le Premier ministre Manuel Valls s'est attaqué à Nicolas Sarkozy et au Front national lors d'un discours visant à rassembler les militants socialistes autour de la motion majoritaire du PS et de la défense de la République.

Le Premier ministre Manuel Valls lors du discours de Cenon, le 12 mai 2015
Le Premier ministre Manuel Valls lors du discours de Cenon, le 12 mai 2015
Julien Quelen
Julien Quelen
et AFP

Venu défendre la motion "A" proposée par le premier secrétaire du Parti socialiste Jean-Christophe Cambadélis et soutenue notamment par Martine Aubry, Manuel Valls s'est rendu mardi à Cenon, en Gironde, où les militants socialistes ont pu l'entendre dans un discours ponctué de fermeté. Le Premier ministre, qui y a notamment défendu Najat Vallaud-Belkacem vigoureusement attaquée par l'opposition sur sa réforme du collège, s'est aussi livré à un discours concernant la défense de la République, tout en égratignant le patron de l'UMP Nicolas Sarkozy et le Front national de Marine Le Pen. 

"Ce n'est pas que l'on parle trop de la République, c'est que certains en parlent trop mal"

Manuel Valls
Partager la citation

Avant le Congrès de Poitiers (du 5 au 7 juin prochain) qui est selon lui "l'occasion de redire, ensemble, avec force où nous allons, ce que nous voulons pour notre pays", le Premier ministre s'est adressé aux militants socialistes tous acquis à sa cause afin de défendre la République et de donner la réplique à Nicolas Sarkozy .

"Ce n'est pas que l'on parle trop de la République, c'est que certains en parlent trop mal", a-t-il ainsi lancé dans une allusion au futur nom "Les Républicains" évoqué pour prendre la succession de l'actuel UMP. Et de reprendre : "Comment comprendre cette complaisance de la part de ceux qui se disent républicains et se cachent derrière le 'ni, ni'", se référant cette fois à la consigne de l'opposition "Ni PS ni Front national" donnée lors des dernières échéances électorales locales. 

Le Front national également visé

Au cours d'un discours aux valeurs républicaines centrales, le chef du gouvernement est également revenu sur ce qui est désormais qualifié d'"esprit du 11 janvier" en s'attaquant au parti d'extrême droite de Marine Le Pen. "Les jeux de rôle entre le père et la fille n'y changeront rien, l'extrême droite reste ce qu'elle a toujours été, violente et clanique", a ainsi déclaré Manuel Valls au sujet du Front National qui est "dans la République, mais n'est pas un parti républicain". 

À lire aussi
Manuel Valls élections municipales
VIDÉO - Manuel Valls entre en campagne à Barcelone, et croit à une "remontada"

Dans une volonté de rassemblement autour de la motion majoritaire, le Premier ministre s'est impliqué pour la première fois sur le sujet et a appelé à "faire bloc" derrière "le renouveau socialiste". 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Manuel Valls Premier ministre Parti socialiste
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants