4 min de lecture Manuel Valls

Manuel Valls dans "Le Grand Jury" : les 6 points à retenir de l'interview

ÉCLAIRAGE - Le Premier ministre s'est notamment exprimé sur la présidentielle, sa volonté de battre l'extrême droite, le dossier d'Alstom ou encore le revenu universel.

245x300_Sportouch Le Grand Jury Benjamin Sportouch iTunes RSS
>
Le Grand Jury avec Manuel Valls le 2 octobre - partie 1 Crédit Image : RTL / Romain BOE / SIPA PRESS | Crédit Média : RTL.fr | Date :
La page de l'émission
JulienAbsalon1
Julien Absalon
et Olivier Mazerolle

Déterminé à voir la gauche triompher en 2017, Manuel Valls s'est montré très offensif dans Le Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI dimanche 3 octobre. "Je suis venu pour casser la baraque", a-t-il même déclaré. À sept mois de la présidentielle, le Premier ministre s'est évertué à défendre le bilan du quinquennat et appelé la gauche à se rassembler autour d'une candidature de François Hollande. Car selon lui, "la gauche peut gagner la présidentielle si elle défend son bilan".

Le numéro deux de l'exécutif s'est aussi exprimé sur le brûlant dossier de la fermeture de l'usine de production d'Alstom à Belfort, assurant que le site serait "sauvé" lors d'une réunion qui aura lieu mardi 4 octobre. Dans le cadre de la lutte contre les déficits du régime d'assurance chômage, il a exclu l'éventualité de taxer les plus hauts salaires.

1. "J'en ai assez de cette gauche honteuse"

"Je ne mise pas sur l'empêchement du président de la République ni sur la défaite de la gauche. (...) J'en ai assez de cette gauche honteuse d'assumer les responsabilités. Ça suffit d'être déprimé, d'être honteux. Gouverner la France, c'est une énorme fierté", a-t-il déclaré avant d'entamer une anaphore sur ce qu'il faudrait retenir selon lui de l'action de François Hollande : "Si j'étais à la place du président, je dirais la chose suivante : je suis fier comme résident d'avoir sauvé le Mali, d'avoir permis à la Grèce de rester dans la zone euro, de ce peuple français qui a manifesté sa résistance et sa résilience (...) après tous les attentats, je suis fier d'avoir engagé la France dans la voie de la compétitivité, nous avons retrouvé, notamment dans le secteur industriel, un coût du travail équivalent, voire meilleur que celui de l'Allemagne".

À lire aussi
Manuel Valls chahuté à Barcelone élections municipales
VIDÉO - Manuel Valls entre en campagne à Barcelone, et croit à une "remontada"

En vue de la campagne, Manuel Valls se voit comme le "premier de cordée" pour "réveiller la gauche" et aussi inciter François Hollande à se déclarer candidat. "Toutes les semaines, je mènerai une réunion publique, je viendrai dans les médias pour défendre le bilan", a-t-il ajouté en déclarant qu'il conseillait "bien sûr" au président de briguer un second mandat.

2. Lutte contre l'extrême droite

Toujours avec les prochaines échéances électorales en tête, Manuel Valls n'a pas manqué de charger le Front national qu'il désigne comme son "adversaire" principal. "L'élection présidentielle, ce n'est pas un programme. C'est un dessein pour le destin de la France. Quand on nous promet que l'extrême droite sera au deuxième tour avec des niveaux élevés, il faut être à la hauteur du moment. La gauche et les écologistes doivent se rassembler", a-t-il ajouté.

3. Ses critiques contre Emmanuel Macron

Manuel Valls n'a pas manqué de tacler son ancien ministre. En plus d'avoir critiqué son manque de loyauté à l'égard de François Hollande, il s'est aussi emporté contre lui à propos de sa dernière déclaration évoquant une "laïcité revancharde".

"Emmanuel Macron a un vrai talent. Il est jeune, il a servi le gouvernement de la France, beaucoup de gens peuvent se reconnaître en lui (...) mais j'ai deux désaccords avec lui : d'abord, ce que j'ai appelé une forme de populisme light, c'est-à-dire la mise en cause des corps intermédiaires (...) puis sur la laïcité (...) Je lui dis très simplement très calmement, c'est ne rien comprendre à ce qu'est l'essence même de la laïcité", a lancé l'ancien maire d'Evry.

4. Alstom à Belfort devrait être sauvé

"Mardi [4 octobre, ndlr], nous sauverons le site d'Alstom à Belfort", a assuré Manuel Valls qui promet un "certain nombre de pistes concrètes" pour maintenir l'activité ferroviaire dans cette usine qui souffre d'un carnet de commandes vide entre 2018 et 2022. "Nous aurons toujours besoin de trains. Il y aura dans les années 2020 une vague de renouvellement particulièrement importante".

5. Pas de taxation des plus hauts salaires

Le Premier ministre a écarté, dans le cadre de la lutte contre les déficits du régime d'assurance chômage, l'idée de déplafonner les cotisations chômage des hauts salaires. "Il y a des pistes que j'exclus, comme la taxation des plus hauts salaires. Il y a des pistes sur lesquelles il faut travailler car, à partir d'un bon diagnostic comme le recours excessif aux contrats très courts dans notre pays, il ne faut pas trouver de mauvaises réponses cependant qui dévaloriseraient le travail. Nous examinons toutes les hypothèses, nous en écartons clairement une", a-t-il déclaré.

6. Le "chantier" du revenu universel

Manuel Valls revient à la charge sur sa volonté de mettre en place un revenu universel, visant à regrouper et simplifier les différentes allocations sociales existantes : "À présent, il faut ouvrir de nouvelles pistes. Le revenu universel, c’est-à-dire une allocation unique, ouverte à tous, à partir de 18 ans, pour remplacer la dizaine de minima sociaux existant, en est une". Le Premier ministre confirme ainsi son souhait "d'intégrer" les 18-25, actuellement pas (ou peu) concernés par le RSA, dans ce revenu universel qualifié de "chantier immense" pour les mois à venir.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Manuel Valls Présidentielle 2017 Économie
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7785083442
Manuel Valls dans "Le Grand Jury" : les 6 points à retenir de l'interview
Manuel Valls dans "Le Grand Jury" : les 6 points à retenir de l'interview
ÉCLAIRAGE - Le Premier ministre s'est notamment exprimé sur la présidentielle, sa volonté de battre l'extrême droite, le dossier d'Alstom ou encore le revenu universel.
https://www.rtl.fr/actu/politique/manuel-valls-dans-le-grand-jury-les-6-points-a-retenir-de-l-interview-7785083442
2016-10-02 15:48:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/EZkjfcuxV3uRIUIbWifYCQ/330v220-2/online/image/2016/1002/7785082939_manuel-valls-au-grand-jury-rtl-le-figaro-lci-le-2-octobre-2016.jpg