2 min de lecture Polémique

Macron répond à Mélenchon : la justice est indépendante, "n'en déplaise à certains"

Le président de la République a répondu à Jean-Luc Mélenchon qui a dénoncé une "manœuvre est complètement ratée" après son audition par la police anticorruption.

Le président de la République, Emmanuel Macron, le 13 septembre 2018
Le président de la République, Emmanuel Macron, le 13 septembre 2018 Crédit : AFP / MICHEL EULER
Leia Hoarau
Leia Hoarau
Journaliste

Deux jours après la fronde des Insoumis lors des perquisitions houleuses, Jean-Luc Mélenchon a de nouveau dénoncé une "manœuvre politique". Estimant avoir été interrogé "cinq heures pour enfoncer des portes ouvertes", il a affirmé avoir déjà répondu par écrit à l'administration du Parlement européen aux questions sur les emplois présumés fictifs d'assistants d'eurodéputés.

À la sortie des locaux de la police anticorruption (Olcliff) à Nanterre, jeudi 18 octobre, où il a été interrogé pendant sur ses comptes de campagne présidentielle, Jean-Luc Mélenchon interpellé le président de la République : "Monsieur Macron, il est temps de rembobiner votre film, tout ça est raté. La manœuvre est complètement ratée".

Emmanuel Macron, qui était au Conseil européen, à Bruxelles, a immédiatement réagi à l'attaque de Jean-Luc Mélenchon, qui a parlé de "police politique, c'est-à-dire la décision politique d'instrumentaliser des magistrats et des policiers pour essayer de faire un mauvais sort à un des chefs de l'opposition".

En réponse au président des Insoumis, Emmanuel Macron a simplement déclaré : "L'autorité judiciaire est une autorité indépendante dans notre pays, et j'en suis le garant. Pour tout le monde. N'en déplaise à certains, il n'y a pas d'exception"

À lire aussi
Gérard Collomb, le maire de Lyon port du voile
Port du voile : Gérard Collomb favorable à l'éducation plus qu'à une loi

De son côté, la ministre de la justice Nicole Belloubet a également martelé que la justice était "totalement indépendante" et que ni elle, ni le gouvernement n'avaient pu "décider d'une mesure d'instruction particulière dans les enquêtes autour de la France insoumise et de M. Mélenchon.

Christophe Castaner appelé à porter plainte

Après les incidents liés aux perquisitions de mardi 16 octobre aux sièges LFI et du Parti de gauche, une enquête a été ouverte pour "menaces ou actes d'intimidation contre l'autorité judiciaire" et "violences sur personnes dépositaires de l'autorité publique". 

Plusieurs syndicats de police avaient dénoncé l'attitude "inacceptable" du député, Alliance et Alternative Police-CFDT appelant le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner à porter plainte, tandis que SGP-Police FO réclamait "des excuses publiques" au chef de file de LFI. 

Même si Jean-Luc Mélenchon avait concédé que le ton était "monté", il s'est néanmoins justifié en déclarant que "la France insoumise n'est pas traitée comme tout le monde (...) on veut nous faire peur, nous intimider".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Polémique Politique Jean-Luc Mélenchon
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants