2 min de lecture Gérald Darmanin

Loi "sécurité globale" : Darmanin va proposer un amendement garantissant la liberté de la presse

Cet amendement viendra "préciser l'article 24", très critiqué par les opposants au texte, pour garantir que "la liberté de la presse n'est bien entendue en rien menacée".

Gérald Darmanin, le 18 novembre 2020
Gérald Darmanin, le 18 novembre 2020 Crédit : Ludovic MARIN / AFP
Marie-Pierre Haddad
et AFP

Éteindre la polémique. Les relations se sont tendues entre Gérald Darmanin et les journalistes à propos de la proposition de loi "sécurité globale". En cause, l'article 24 qui empêcherait, selon les détracteurs, les journalistes et citoyens de filmer les forces de l'ordre durant les manifestations

Pour désamorcer la situation, le ministre de l'Intérieur a annoncé qu'il comptait proposer d'introduire un amendement garantissant la liberté de la presse dans la proposition de loi "sécurité globale", a indiqué son entourage à l'AFP. 

Une annonce faite quelques heures avant une réunion avec Jean Castex et le patron des députés LaREM Christophe Castaner pour "mettre toutes les options sur la table". Objectif : garantir que "la liberté de la presse n'est bien entendue en rien menacée", précise-t-on de même source.

Le controversé article 24

Cet amendement doit venir modifier l'article 24 sur lequel se focalise la défiance des opposants au texte et qui doit être débattu vendredi en séance. Cet article prévoit de pénaliser d'un an de prison et 45.000 euros d'amende la diffusion de "l'image du visage ou tout autre élément d'identification" d'un policier ou d'un gendarme en intervention, lorsque celle-ci a pour but de porter "atteinte à son intégrité physique ou psychique". 

À lire aussi
Gérald Darmanin à l'Assemblée nationale, le 20 novembre 2020 police
Gérald Darmanin, trop fort et très faible

Au lendemain d'échauffourées survenues près de l'Assemblée nationale entre forces de l'ordre et opposants à la proposition de loi "sécurité globale", Gérald Darmanin a affirmé que les journalistes "doivent se rapprocher des autorités" en amont pour "pouvoir rendre compte, faire (leur) travail". 

Face au tollé provoqué par ses propos, le ministre de l'Intérieur a rectifié le tir en affirmant dans un tweet que le schéma national du maintien de l'ordre qu'il a présenté en septembre "prévoit que les journalistes peuvent, sans en avoir l'obligation, prendre contact avec les préfectures en amont des manifestations". 

La proposition de loi "sécurité globale" est semée d'embûches pour Gérald Darmanin. Le ministre de l'Intérieur a froissé certains "marcheurs" la semaine dernière en évoquant un durcissement de la mesure, via le floutage obligatoire des forces de l'ordre. Il n'y fait plus référence depuis. La majorité ne devrait aussi pas bénéficier de l'appui de son précieux allié, le MoDem concernant l'amendement sur l'interdiction de filmer les forces de l'ordre lors de manifestations. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Gérald Darmanin Manifestations Assemblée nationale
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants