2 min de lecture Terrorisme

Loi antiterroriste : Nicole Belloubet répond aux critiques de Jean-Jacques Urvoas

La ministre de la Justice a parlé de "polémique politique" après que son anté-prédécesseur a relevé son absence au moment de ratifier la loi antiterroriste.

Nicole Belloubet à la sortie de l'Élysée le 19 juillet 2017.
Nicole Belloubet à la sortie de l'Élysée le 19 juillet 2017. Crédit : VILLARD/SIPA
109127536140888961261
Ludovic Galtier
Journaliste RTL

Comme il l'avait fait pour les réformes de moralisation de la vie publique et du Code du travail, Emmanuel Macron a officiellement ratifié la réforme antiterroriste, mettant fin à l'état d'urgence, sous l’œil des caméras et en présence des ministres chargés du dossier à l'Élysée. Lundi 30 octobre, le chef de l'État était ainsi entouré de Gérard Collomb, ministre de l'Intérieur, et Christophe Castaner, secrétaire d'État chargé des Relations avec le Parlement et porte-parole du gouvernement.

Au-delà de la mise en scène désormais habituelle, Jean-Jacques Urvoas, dernier garde des Sceaux de l'ère Hollande, a relevé sur Twitter l'absence de la ministre de la Justice, Nicole Belloubet, à cette ratification. "L'histoire retiendra qu'une loi modifiant le Code de procédure pénale fut signée par le chef de l'État en présence que de place Beauvau." La sénatrice PS Marie-Pierre de la Gontrie s'est, elle aussi, fendu d'un tweet indigné. "La garde des Sceaux s'excuse, il n'y avait plus de place à la table, c'est ballot", a-t-elle ironisé. Invitée de Public Sénat mardi 31 octobre, Nicole Belloubet a botté en touche, évoquant une "polémique politique".

Ce tweet fait écho aux critiques et inquiétudes de ceux qui - dans les rangs de l'opposition (Nouvelle gauche, France insoumise) - la jugent liberticide. Les assignations à résidence, la surveillance électronique et le déséquilibre supposé entre les pouvoirs des préfets et ceux des juges sont notamment dans leur viseur.

À lire aussi
Abdelkader Merah dans le box des accusés de la salle Voltaire accusé de complicité d'assassinats terroristes, le 13 octobre 2017 terrorisme
Le frère de Mohamed Merah jugé en appel en mars 2019

La ministre s'est donc employée à rassurer les Français sur ce dernier point. "Je le respecte et j'ai beaucoup d'amitié pour mon anté-prédécesseur (Jean-Jacques Urvoas, ndlr) mais je crois que ce n'est pas tout à fait la réalité. Lorsqu’il y a besoin du juge, le juge a été introduit et j’en suis vraiment la garante et j’en garantis le respect (...) Lorsque la liberté individuelle est atteinte - c’est le cas quand il y a des perquisitions - le juge intervient a priori ou posteriori (...)" Au micro de RTL mardi 31 octobre, Gérard Collomb a tenu le même discours, assurant qu'un "équilibre est cherché entre sécurité et liberté".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Terrorisme Nicole Belloubet Jean-Jacques Urvoas
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7790751148
Loi antiterroriste : Nicole Belloubet répond aux critiques de Jean-Jacques Urvoas
Loi antiterroriste : Nicole Belloubet répond aux critiques de Jean-Jacques Urvoas
La ministre de la Justice a parlé de "polémique politique" après que son anté-prédécesseur a relevé son absence au moment de ratifier la loi antiterroriste.
https://www.rtl.fr/actu/politique/loi-antiterroriste-nicole-belloubet-repond-aux-critiques-de-jean-jacques-urvoas-7790751148
2017-10-31 17:25:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/oHUUQpcwt62Gk1_mhzXLhA/330v220-2/online/image/2017/0721/7789428024_nicole-belloubet-a-la-sortie-de-l-elysee-le-19-juillet-2017.jpg