3 min de lecture Sécurité routière

Limitation à 80 km/h : le casse-tête de l'exécutif

Cette réforme s'est mise entre Emmanuel Macron et son premier ministre Édouard Philippe, même si l'exécutif soutient que les 2 hommes sont en phase.

Pauline de Saint-Remy Les Indispensables Pauline De Saint-Rémy iTunes RSS
>
Limitation à 80 km/h : le casse-tête de l'exécutif Crédit Image : AFP / SEBASTIEN BOZON | Crédit Média : RTL | Durée : | Date :
La page de l'émission
Pauline de Saint-Remy
Pauline De Saint-Rémy
et Olivier Bost

La limitation de la vitesse à 80 km/h sur les routes secondaires est une mesure très impopulaire chez une partie des Français. Mais elle s’est aussi mise entre Emmanuel Macron et son premier ministre Édouard Philippe. Et ce, quoiqu’en dise le cabinet du Premier ministre, selon lequel les deux têtes de l’exécutif sont parfaitement en phase sur ce sujet, comme sur les autres.

C’est bien sa différence, une fois n’est pas coutume, qu’a exprimée Édouard Philippe lundi 28 janvier. Présentant les bons résultats de la sécurité routière pour l’année 2018, il ne s'est pas opposé à ce qu’elle soit débattue, mais s’est réjoui que cette mesure, qu’il a toujours défendue, ait permis, selon lui, de sauver 116 vies par rapport à l’année précédente.

Il est allé jusqu’à mettre au défi ses détracteurs avec cette phrase : "Il serait fou de baisser le niveau d’ambition !". Difficile de ne pas voir là une réponse au chef de l’État, qui a non seulement souligné que la mesure ne figurait pas à son programme de campagne, mais publiquement ouvert la voie à des aménagements au cas par cas.

"Raté sur la forme"

Une sortie pour le moins "à contre-courant" de la part du Premier ministre, selon un proche d’Emmanuel Macron, qui l’affirme : "Cela a été raté sur la forme, car plaqué de manière uniforme et unilatérale sur le pays". Ce n’est en fait pas tant l’idée en elle-même que critique l’entourage du chef de l’État que son approche et sa mise en œuvre : "On se rend compte que des mesures très intelligentes ne font pas pour autant une bonne politique, car elles ne prennent pas en compte leur acceptabilité et leur environnement". Dit autrement par un conseiller ministériel : "le problème, ça a été le manque de concertation".

À lire aussi
Nantes, en Loire-Atlantique nantes
Nantes : trois jeunes se tuent en voiture en percutant un rond-point

Une critique que ne rejette pas en bloc le cabinet d’Édouard Philippe : "Le problème c’est que ça a donné le sentiment d’une décision lointaine, technocratique, qu’il ne comprenait pas le quotidien des gens",  reconnaissait un conseiller du Premier ministre lundi 28 janvier dans la soirée. Avant d’enfoncer le clou : "N’empêche : ça a sauvé des vies".

Au passage, à Matignon, on corrige sans le dire ce qui apparaît comme une petite injustice : "Le premier ministre assume l’impopularité, il ne met pas ses convictions sous le tapis, mais que personne ne croit qu’il a fait ça dans son coin". Qu’on se le dise, le chef de l’État ne s’est donc rien fait imposer. "Édouard ne se réveille pas tous les matins en se disant 80, 80, 80. Il dit juste : ça fait un an qu’on me critique, mais ça marche. À chacun de prendre ses responsabilités !"

Le plus

Bruno Le Maire songe à "ouvrir Bercy" dans le cadre du grand débat national, selon nos informations. Rien n’est encore arrêté. Le ministre de l’Économie et des Finances n’a fait qu’y réfléchir pour l’instant.

Il attend par ailleurs que la loi Pacte soit derrière lui. Mais l’ancien candidat à la primaire de la droite espère bien apporter la preuve que Bercy n’est pas la "forteresse" que l’on imagine et qui est si souvent pointée du doigt ces temps-ci. Il veut aussi "apporter des réponses factuelles et précises" à certaines propositions qui sont faites. Parce que "derrière une belle idée il n’y a pas toujours une bonne solution" explique son cabinet. 

Exemple donné à l’appui : certains réclament d’abaisser le taux de TVA sur les couches culottes. "Si on la passe de 20 à 5,5% ça fait perdre 330 millions d’euros à l’État et ça fera gagner 3 centimes par paquet au consommateur. Quel intérêt ?" Bref, l’objectif affiché : échanger mais aussi faire de la "pédagogie", sans opposer avoir l’air d’opposer les "sachants" aux autres, précise-t-on. Reste à décider de la façon de faire.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Sécurité routière Auto
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7796370358
Limitation à 80 km/h : le casse-tête de l'exécutif
Limitation à 80 km/h : le casse-tête de l'exécutif
Cette réforme s'est mise entre Emmanuel Macron et son premier ministre Édouard Philippe, même si l'exécutif soutient que les 2 hommes sont en phase.
https://www.rtl.fr/actu/politique/limitation-a-80-km-h-le-casse-tete-de-l-executif-7796370358
2019-01-29 07:38:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/yBN7z1d85DH-IPGbepwaig/330v220-2/online/image/2018/0702/7793956890_un-panneau-de-limitation-de-vitesse-a-80-kilometres-heure-le-29-juin-2018.jpg