2 min de lecture Gouvernement

"Les rédactions choisissent les journalistes, pas le pouvoir", souligne Alba Ventura

REPLAY - ÉDITO - Le tandem de l'exécutif verrouille sa communication pour éviter les couacs et le buzz inutile qui vient parasiter l'action politique.

Alba Ventura L'Edito politique Alba Ventura
>
"Les rédactions choisissent les journalistes, pas le pouvoir", souligne Alba Ventura Crédit Image : RTL | Crédit Média : RTLnet | Date :
La page de l'émission
Alba Ventura
Alba Ventura Journaliste RTL

Édouard Philippe a expliqué, dimanche 21 mai dans le JDD, ne pas vouloir "nourrir le bavardage permanent". Qu'est-ce que cela signifie ? Ça veut dire, ne pas vouloir continuer à alimenter la machine médiatique, refuser d'être en permanence dans la chronique politique, empêcher la distillation d'informations trop anecdotiques. Ce que l'on appelle le "off" dans notre jargon : les humeurs, les confidences, les petites phrases.

Le bavardage permanent c'est ce que l'on a vécu, nous journalistes politiques, pendant 10 ans avec Nicolas Sarkozy puis François Hollande à l'Elysée. Ce qui a, en partie, donné prise à l'affaiblissement de l'autorité du chef de l'État. C'était la théorie des déjeuners, des petits déjeuners, institués à la table du président et du premier ministre. C'était la porte ouverte à la cuisine politique. Cette volonté "addictive" de vouloir raconter sa légende, de se voir beau dans le miroir de la presse.

Le bavardage, vous vous souvenez, c'est ce que Nicolas Sarkozy appelait le  "petit clapotis". Mais qu'il alimentait largement. C'est aussi ces rendez-vous réguliers, entre François Hollande - chroniqueur de son propre quinquennat - et les journalistes, qui a fini par se retourner contre lui avec la publication du livre Un président ne devrait pas dire ça.

À lire aussi
61% des gens interrogés ne souhaitent pas de report de l'âge légal de départ à la retraite, fixé à 62 ans retraites
Retraites : 61% des Français opposés à un report de l'âge légal selon notre sondage

Une communication vérouillée

Emmanuel Macron, comme Édouard Philippe veulent rompre avec cela, ils veulent prendre leurs distances, et par là même prendre de la hauteur. Cela veut dire une communication plus verrouillée, comme le faisait Barack Obama qui laissait parler les images mais pas les commentaires. 

Jusqu’où cela peut-il aller ? Mettre des vétos, c'est compliqué et inadmissible. Ce sont les rédactions qui choisissent les journalistes, pas le pouvoir. Maintenant on peut tout à fait comprendre que sur des déplacements thématiques, il y ait des journalistes spécialisés, et pas seulement des journalistes politiques.

Quant au fait de ne pas répondre aux questions. Je vais vous raconter ce qui s'est passé hier avec le Premier Ministre Edouard Philippe. Il effectuait un déplacement sur le handicap et il a été rapidement questionné sur la réforme du Code du Travail. Il a refusé de répondre aux journalistes, en expliquant que, premièrement, il était venu parler de handicap parce que c'était la priorité du gouvernement. Deuxièmement qu'il ne voulait pas utiliser les visites de terrains comme prétexte à parler d'autre chose.

Remettre un peu de gravité dans la politique ce n'est pas une mauvaise idée

Alba Ventura
Partager la citation

C'est une rupture avec ce qui se faisait et c'est peut-être ce qui permettra d'éviter les couacs et le buzz inutile qui vient parasiter l'action politique. On verra s'ils s'y tiennent. Et si leurs ministres s'y tiennent. Remettre un peu de gravité dans la politique ce n'est pas une mauvaise idée.

Mais vous savez, pour bavarder, il faut être deux. Si les politiques cessent de raconter leur vie, de se faire mousser, ou de dézinguer le voisin alors peut être qu'Emmanuel Macron et Édouard Philippe pourront gouverner disons, un peu plus tranquillement. C'est donc aussi un message à leurs propres troupes, qu'ils mettent au défi de tenir leur langue.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Gouvernement Emmanuel Macron Édouard Philippe
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7788656457
"Les rédactions choisissent les journalistes, pas le pouvoir", souligne Alba Ventura
"Les rédactions choisissent les journalistes, pas le pouvoir", souligne Alba Ventura
REPLAY - ÉDITO - Le tandem de l'exécutif verrouille sa communication pour éviter les couacs et le buzz inutile qui vient parasiter l'action politique.
https://www.rtl.fr/actu/politique/les-redactions-choisissent-les-journalistes-pas-le-pouvoir-souligne-alba-ventura-7788656457
2017-05-22 08:20:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/3TF9PenLlBO67ehS3h8XPg/330v220-2/online/image/2015/0921/7779798721_alba-ventura.gif