2 min de lecture Gouvernement

Les infos de 22h - Seine-Saint-Denis : quelles sont les mesures dévoilées par le gouvernement ?

Cette batterie de décisions sera publiquement dévoilée jeudi matin par Edouard Philippe. Parmi elles figurent une prime de 10.000 euros pour fidéliser les fonctionnaires ou le recrutement de 150 policiers.

monde-rouge-245x300 Le journal RTL La rédaction de RTL iTunes RSS
>
Les infos de 22h - Seine-Saint-Denis : quelles sont les mesures dévoilées par le gouvernement ? Crédit Image : RTL.fr | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Thomas Pierre
Thomas Pierre et AFP

Le gouvernement a retenu 23 mesures pour venir en aide à la Seine-Saint-Denis. Parmi elles figurent une prime de 10.000 euros pour fidéliser les fonctionnaires, le recrutement de 150 policiers ou encore le renforcement des contrôles des logements insalubres, a annoncé Matignon mercredi.

Cette batterie de décisions sera publiquement dévoilée jeudi matin par Edouard Philippe, accompagné de plusieurs ministres, lors d'une visite à la préfecture du département le plus pauvre de France qui, plus qu'aucun autre, "présente de manière massive et systémique des difficultés", souligne-t-on à Matignon.

En s'appuyant sur un rapport parlementaire "assez sévère" remis en 2018, des concertations d'élus et un second rapport de synthèse du préfet de Seine-Saint-Denis, le gouvernement a mis l'accent sur cinq axes : l'attractivité des postes pour les fonctionnaires, la sécurité, la justice, l'éducation et la santé.

Un important "turn-over"

Ainsi, constatant l'important "turn-over" sur le territoire (en moyenne les agents du ministère de l'Intérieur restent 2,7 années en Seine-Saint-Denis, contre 7 ans en Essonne), une prime de 10.000 euros sera octroyée aux fonctionnaires demeurant au moins cinq ans en poste dans le département. 

À lire aussi
Grève SNCF (illustration) grève SNCF
Grève à la SNCF : les syndicats de cheminots appellent à amplifier la mobilisation dès lundi

La mesure, qui s'adresse principalement aux enseignants et policiers, pourrait concerner jusqu'à 39.000 agents tous corps confondus, même si Matignon réfléchit à établir d'éventuelles "distinctions" d'ici à la mise en place de ce bonus "dans le courant du premier semestre 2020".

L'accent est aussi mis dans ce plan sur le régalien. 50 policiers supplémentaires se répartiront dans deux quartiers, à Saint-Ouen et la Courneuve, dans le cadre de la police de sécurité du quotidien. Et d'ici à 2021, 100 postes d'officiers de police judiciaire seront déployés.

Des commissariats rénovés

Par ailleurs, pour accélérer la chaîne judiciaire, 35 postes de greffiers et 12 de magistrats seront créés. Les commissariats d'Aulnay-sous-Bois et d'Epinay-sur-Seine seront rénovés d'ici 2023 avec une enveloppe de 30 millions d'euros, tandis que le tribunal de Bobigny verra son extension réalisée à l'horizon 2026.

Sur le volet éducation, 20 millions d'euros seront fléchés par la région pour financer des investissements immobiliers, dans un département qui est particulièrement concerné par la mesure de dédoublement des classes de CP et CE1 réservé aux zones d'éducation prioritaire.

"Pré-recrutement"de 500 enseignants

De même, un dispositif de "pré-recrutement" de 500 enseignants sera mis en place. Il s'agit de financer les études d'étudiants boursiers de Seine-Saint-Denis qui s'engagent en retour à travailler dans le département.

Sur le plan sanitaire, cinq inspecteurs en charge du contrôle des logements indignes seront recrutés. Seulement deux sont officiellement en poste actuellement, alors que "potentiellement, 10% de l'habitat est insalubre". Une enveloppe de 10 millions d'euros est également allouée "pour financer des actions visant à mieux accueillir les publics fragiles", précise Matignon.

A écouter également dans ce journal

Lubrizol : un mois après l'incendie de l'usine chimique, Emmanuel Macron s'est rendu mercredi à Rouen (Seine-Maritime), où il a été accueilli par le maire de la ville Yvon Robert. Il a annoncé les premières indemnisations d'ici le 18 novembre

Attaque à la préfecture de police : sept policiers ont été "désarmés" à la suite de signalements pour radicalisation "depuis le 3 octobre", date de l'attaque, a annoncé mercredi le préfet Didier Lallement.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Gouvernement Seine-Saint-Denis Politique
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants