2 min de lecture Union européenne

Les actualités de 18h : Emmanuel Macron défend ses mesures sociales à Bruxelles

Le chef de l'État assiste à un Conseil européen à Bruxelles. Emmanuel Macron s'y présente avec un déficit alourdi à 3,4 % hors des clous européens.

Marc-Olivier Fogiel
Marc-Olivier Fogiel
avec Paul Véronique et AFP

"Aucun pays n'avance s'il n'entend pas cette part de colère légitime" de son "peuple", a déclaré ce jeudi 13 décembre à Bruxelles Emmanuel Macron en revenant sur ses annonces pour tenter de mettre fin à la crise des "gilets jaunes".

"Je considère que cette réponse était à la fois légitime et importante pour la France, mais elle n'entrave en rien la volonté" de "maîtrise de nos dépenses" et le maintien du "cadre des réformes", a ajouté le chef de l'État avant le début du sommet européen. Le président français a estimé que cette "colère" s'exprimait "partout en Europe, avec les votes pour les extrêmes, avec le Brexit".

Emmanuel Macron pourrait être interrogé au cours de ce dernier Conseil européen de l'année sur l'impact des mesures qu'il a annoncées lundi pour un coût évalué à 10 milliards d'euros. Elles devraient occasionner un dérapage du déficit budgétaire français, à environ 3,4% du Produit intérieur brut (PIB) pour 2019 contre une prévision initiale de 2,8%. La Commission européenne a indiqué mardi qu'elle allait étudier "attentivement" leur impact financier et qu'elle se donnait jusqu'au printemps pour analyser le budget français.

À lire aussi
La Première ministre britannique Theresa May, le 5 juin 2017. Brexit
Brexit : "Affaiblie, pratiquement paralysée, Theresa May reste", analyse Alain Duhamel

À écouter également dans ce journal

- Ce jeudi 13 décembre, le gouvernement a lancé un appel très clair à ne pas manifester samedi. Certaines figures des "gilets jaunes" ont embrayé comme Jacqueline Mouraud ce matin sur RTL. Mais pour d'autres, le combat doit continuer coûte que coûte. Priscilla Ludosky, "gilet jaune" de la première heure, l'a clamé haut et fort cet après-midi lors d'une conférence de presse du collectif La France en colère.

- Le couperet est tombé pour l'usine Ford de Blanquefort en Gironde : pas de reprise mais un plan social. Malgré les concessions des 850 salariés qui avaient accepté de perdre 3 jours de RTT, la direction a refusé l'offre de reprise du groupe belge Punch. La fermeture est programmée pour fin août. Le ministre de l'Économie Bruno Le Maire dénonce "une trahison".

- Nicolas Chauvin, un joueur de l'équipe espoirs du stade français est décédé mercredi 12 décembre. Lors d'un match à Bègles dimanche 9 décembre, il a subi un placage qui a provoqué un traumatisme cervical et finalement un arrêt cardiaque. Il n'avait que 19 ans. Ce drame intervient 4 mois seulement après la mort accidentelle d'un joueur d'Aurillac âgé de 21 ans.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Union européenne Emmanuel Macron Budget
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7795915901
Les actualités de 18h : Emmanuel Macron défend ses mesures sociales à Bruxelles
Les actualités de 18h : Emmanuel Macron défend ses mesures sociales à Bruxelles
Le chef de l'État assiste à un Conseil européen à Bruxelles. Emmanuel Macron s'y présente avec un déficit alourdi à 3,4 % hors des clous européens.
https://www.rtl.fr/actu/politique/les-actualites-de-18h-emmanuel-macron-defend-ses-mesures-sociales-a-bruxelles-7795915901
2018-12-13 18:25:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/6FV-8hJdoKzsXrA3ewympg/330v220-2/online/image/2018/1213/7795916027_emmanuel-macron-a-bruxelles-le-jeudi-13-decembre-2018.jpg