1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Législatives 2022 : âge, sexe, profession... Quel est le portrait-robot des candidats ?
3 min de lecture

Législatives 2022 : âge, sexe, profession... Quel est le portrait-robot des candidats ?

Moyenne d'âge, milieu social, parité, nom et prénom... voici le portrait-robot des candidats aux législatives.

L'hémicycle de l'Assemblée nationale, le 13 avril 2021
L'hémicycle de l'Assemblée nationale, le 13 avril 2021
Crédit : STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Marine Derquenne & AFP

6.293. C'est le nombre de candidats aux législatives qui se disputent les 577 circonscriptions. D'où viennent-ils ? La liste des candidats publiée par le ministère de l'Intérieur révèle que la majorité d'entre eux sont issus des cadres où sont issus de professions intellectuelles supérieures.

À l'inverse, seuls 4% des candidats sont issus de la catégorie des ouvriers. Retour sur le portrait-robot du candidat aux législatives des 12 et 19 juin. 

D'après Le Parisien, 617 candidats exercent une profession libérale, et sont majoritaires chez les écologistes. 571 candidats sont professeurs ou ont une profession scientifique. Les professeurs sont par ailleurs les plus nombreux chez LFI ou chez DVG. Un candidat fait partie du clergé, quatre sont chômeurs et n'ont jamais travaillé.  

48% de cadres parmi les candidats

Les cadres et professions intellectuelles supérieures sont la catégorie socio-professionnelle la plus représentée chez les candidats aux législatives (48%). Leur poids est bien supérieur que dans la population où la proportion de cadres représente 15%. À l'inverse, les ouvriers (4%) sont très peu représentés par rapport à leur poids dans la population (19%). Beaucoup de candidats font partie des professions intermédiaires (16%), des employés (12%) et des artisans, commerçants et chefs d'entreprises (11%). 

À écouter aussi

Les cadres et assimilés sont surreprésentés parmi les candidats de tous les principaux partis. Mais c'est dans la majorité (68%) et chez les Républicains (62%) que leur poids est le plus grand. À l'inverse, c'est à l'extrême droite que les cadres sont les moins dominants : 35% des candidats du Rassemblement national et 47% chez Reconquête. Dans ces deux partis, les artisans, commerçants et chefs d'entreprises ont un poids supérieur à la moyenne : 14% au RN et 16% chez Reconquête. Au RN, les employés y sont surreprésentés à hauteur de 19%.

49 ans est l'âge moyen des candidats

La moyenne d'âge s'établit à 49 ans, selon la base de données officielle recensant les 6.293 candidats aux législatives. En comparaison, les candidats étaient légèrement plus jeunes en 2017, l'âge moyen s'élevant à 48 ans. 

Cette année, les candidats les plus jeunes sont ceux présentés par La France insoumise, où l'âge moyen tourne autour de 44 ans en moyenne. Vient ensuite le parti d'EELV (45 ans), Reconquête (47 ans). Les candidats du PCF sont les plus âgés (52 ans).  

Pas moins de 21 candidats de 18 ans se présentent devant les électeurs. La plus jeune est devenue majeure le 10 avril dernier. Il s'agit de Raphaëlle Rosa, qui passe actuellement les épreuves du baccalauréat et a été investie par Les Républicains en Moselle. À l'autre bout de l'échelle, deux candidates écologistes de 92 ans se présentent. La doyenne des, Monique Peltriaux, est candidate dans les Ardennes. 

44,2% sont des femmes

Parmi tous les candidats, 44,2% sont des femmes. Cette proportion confirme une lente progression vers la parité, après 42,4% en 2017 et 40,1% en 2012. Cette année, la quasi-totalité des grands partis jouent le jeu de la parité. 

Les femmes sont majoritaires à l'UDI (51,3%) et, au sein de la Nouvelle Union populaire, écologique et sociale (NUPES), chez LFI (51,5%) et les écologistes (51,5%), tandis que la majorité présidentielle, le Rassemblement national, Reconquête et, au sein de la NUPES, le PS et le PCF, ont investi entre 48% et 50% de femmes. 

Dans ce paysage quasi paritaire, Les Républicains sont la principale exception, avec seulement 35,8% de femmes investies. C'est moins qu'en 2017, quand LR avait présenté 39,1% de candidates. En 2017, un record de 224 femmes avaient été élues à l'Assemblée nationale, soit 38,8% des 577 députés. 

"Philippe" et "Martin" sont les prénoms les plus courants des candidats

Le prénom et le nom les plus courants sont respectivement Philippe (100) et Martin (26). 
Rien de surprenant, dans la mesure où ils sont parmi les plus communs en France. 

Martin est d'ailleurs également le nom le plus répandu chez les maires, les conseillers départementaux et les conseillers régionaux, selon le Répertoire national des élus. Philippe, quant à lui, est le prénom le plus répandu chez les conseillers régionaux, le deuxième chez les maires et le troisième chez les conseillers départementaux. 

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/