1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Législatives 2022 : Bayou, Mélenchon et d'autres figures de la Nupes reviennent sur leur soutien à Bouhafs
2 min de lecture

Législatives 2022 : Bayou, Mélenchon et d'autres figures de la Nupes reviennent sur leur soutien à Bouhafs

Après avoir pris connaissance des accusations portées contre l'ex-candidat, des cadres de la Nupes ont fait le ménage sur leur compte Twitter "pour éviter toute mauvaise interprétation".

Julien Bayou, Taha Bouhafs et Mélenchon
Julien Bayou, Taha Bouhafs et Mélenchon
Crédit : AFP
Marine Derquenne

Le secrétaire national d'EELV Julien Bayou a supprimé son tweet de soutien à Taha Bouhafs pour "éviter toute mauvaise interprétation", tel qu'il l'écrit sur les réseaux sociaux. "Hier, j'ai soutenu Taha Bouhafs contre le racisme. Aujourd'hui, je prends connaissance des accusations de violences sexuelles à son encontre. Soutien aux victimes. Nous vous croyons", a-t-il ajouté. 

Ce n'est pas le seul à avoir fait marche arrière. D'autres figures de la gauche sont revenues sur leur soutien afin de prendre de la distance avec cette affaire, tel que le souligne le Huffpost. Jean-Luc Mélenchon, notamment, écrit sur Twitter qu'il "apprend les accusations contre Taha Bouhafs", et que "la parole des femmes doit être entendue sérieusement." Le leader Insoumis assure qu'il "compte sur la commission ad hoc de LFI pour établir la vérité" mais que "cela n'exempte pas les racistes qui l'ont harcelé".

L'ex-candidate à la primaire des Verts Sandrine Rousseau a déclaré de son côté sur Twitter : "1/ Taha Bouhafs a subi des tombereaux de racisme. 2/ Les dénonciations de violences sexuelles et la parole des victimes doivent être respectées. 3/ N'en profitez pas pour répandre plus de racisme".

L'ancien secrétaire national des Verts David Cormand a écrit sur Twitter, après avoir soutenu Taha Bouhafs la veille : "Les nouvelles informations rendues publiques, dont j'ignorai tout, rendent le tweet ci-dessous nul et non avenu". D'autres personnes ayant apporté leur soutien à l'ex-candidat LFI, comme Antoine Lauméant, Alexis Corbière, Cécile Duflot, Aurélien Taché, ont également supprimé leur précédent tweet. 

Une enquête interne ouverte

À écouter aussi

Une enquête interne a été ouverte au sein de LFI à la suite des accusations de violences sexuelles et de harcèlement sexuel visant l'ex-candidat Nupes Taha Bouhafs, comme l'explique son parti dans un communiqué. De son côté, Clémentine Autain a confié à Mediapart que "le signalement qu'(ils ont) reçu samedi est d'une gravité que nous n'avons jamais rencontrée. On est bouleversé par ce qu'on a lu et entendu".

Le 10 mai, le journaliste militant Taha Bouhafs dénonçait dans un communiqué une "tempête d'attaques sans précédent" et "tous les jours une nouvelle calomnie, une nouvelle insulte, une nouvelle menace de mort, une nouvelle accusation". Sa candidature à la 14e circonscription du Rhône avait effectivement fait polémique, notamment à cause des propos violents qu'il avait tenus sur les réseaux sociaux depuis 2017. 

Les accusations de harcèlement sexuel à son encontre ont été, "la dernière goutte qui (l)'a conduit à (s)e retirer", a expliqué Taha Bouhafs à MediapartLe militant a ajouté que le signalement à son encontre faisait "partie des calomnies évoquées dans (s)on communiqué.”

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/