3 min de lecture Législatives 2017

Législatives 2017 : "Pour Macron, c'est 'la liste de mes envies'", selon Alba Ventura

ÉDITO - Une première liste des candidats de La République En Marche pour les législatives a été dévoilée. Il y a des déçus, des épargnés et des oubliés.

L'Edito Politique - Olivier Bost L'Edito politique Olivier Bost iTunes RSS
>
Législatives 2017 : "Pour Macron, c'est 'la liste de mes envies'", selon Alba Ventura Crédit Média : RTLNET | Durée : | Date :
La page de l'émission
L'invite´ de RTL - Alba Ventura
Alba Ventura et Loïc Farge

On connaît déjà les noms de 428 candidats de La République En Marche pour les législatives. La liste complète des 577 sera dévoilée d'ici le 17 mai. On a parlé de la colère de François Bayrou, le président du MoDem. Mais il y a aussi celui qui fait couler le plus d'encre cette semaine : Manuel Valls. L'ancien premier ministre n'obtient finalement pas l'investiture. "Et en même temps" - selon l'adage macronien - il n'aura pas de candidat La République En Marche face à lui dans sa circonscription.

Manuel Valls, qui s'était sans doute un peu trop avancé en début de semaine sur RTL, s'était mis en marche sans savoir s'il allait être accepté. Il avait peu trop vite brûlé ses vaisseaux. D'autant que l'on sait qu'une partie de l'entourage d'Emmanuel Macron ne voulait pas entendre parler de lui. Ils lui tenaient rigueur de s'être mal comporté avec l'ancien ministre de l'Économie à l'époque du gouvernement Valls. Emmanuel Macron lui-même a la dent dure envers Manuel Valls.

Mais Emmanuel Macron ne pouvait pas envoyer le message selon lequel il était un coupeur de tête (cela l'aurait ramené à la politique à l'ancienne). D'où ce "je t'aime moi non plus" politique, cet entre-deux qui a été trouvé.

Il y a du neuf

Visiblement, Manuel Valls n'est pas le seul à subir ce traitement. Mais là, c'est différent. Car c'est effectivement un entre-deux dont bénéficient d'autres ténors. À gauche, comme par exemple Marisol Touraine ou Myriam El Khomri, ou à droite, comme Bruno Le Maire, Thierry Solère ou encore Nathalie Kosciusko-Morizet. Tous ceux-là n'ont pas de candidat La République En Marche dans leurs circonscriptions. Tous ceux-là, si vous voulez, sont trop visibles pour être adoptés, mais trop précieux pour être rejetés. Ceux-là, ce serait un peu "la liste de ses envies" : tous ceux avec lesquels Emmanuel Macron pourrait éventuellement travailler par la suite.

À lire aussi
Des bulletins de vote dans une urne. Guyane
Législative partielle en Guyane : le candidat REM devance son adversaire LFI

On a dit que cette liste allait être un signal. La promesse est plutôt tenue. Il y a du neuf, avec 52% de candidats issus de la société civile. Il faudra voir comment ils sont accueillis par les Français, mais c'est ce qu'on appelle du renouvellement. Il y a des femmes. La parité est respectée. Il y a des candidats surprenants, à l'image de Cédric Villani, le Grand Prix  de mathématiques qui atterri dans l'Essonne. Indéniablement, il y a un bol d'air. Sur le papier le compte est bon.

Toujours un peu de tambouille

Enfin, pas tout a fait bon pour François Bayrou qui se sent lésé, même trahi dans cette affaire. Il estime ne pas avoir assez obtenu de circonscriptions compte tenu de son soutien. On n'a pas fini d'en entendre parler ce week-end. Et dans cette liste, on n'échappe pas à quelques vieux briscards de la politique, qui étaient là depuis le début. On retrouve forcément la garde rapprochée d'Emmanuel Macron. Mais on n'échappe pas non plus à quelques petits règlements de compte ou arrangements politiques.

Pourquoi, par exemple Thierry Braillard, qui a soutenu très tôt Emmanuel Macron se retrouve-t-il avec un candidat La République en Marche à Lyon, alors que Marisol Touraine, qui n'a jamais soutenu officiellement Emmanuel Macron, n'a pas de candidat REM face à elle ? Peut-être parce que le ministre des Sports a de mauvais rapports avec Gérard Colomb, lieutenant de Macron, tandis que la ministre de la Santé avait pour "conseiller" Benjamin Griveaux, le porte-parole d'Emmanuel Macron ? Il y a toujours un peu de tambouille dans la politique. Cela ne changera pas.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Législatives 2017 La République En Marche Emmanuel Macron
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants