5 min de lecture Législatives 2017

Législatives 2017 à Paris : la campagne de NKM court-circuitée par Guaino et Lecoq

ÉCLAIRAGE - Nathalie Kosciusko-Morizet se présente dans la 2e circonscription de Paris. Une circonscription gagnable pour Les Républicains mais plus délicate pour celle qui doit affronter deux candidatures dissidentes.

Nathalie Kosciusko-Morizet, Jean-Pierre Lecoq et Henri Guaino
Nathalie Kosciusko-Morizet, Jean-Pierre Lecoq et Henri Guaino Crédit : AFP
MariePierreHaddad75
Marie-Pierre Haddad
Journaliste RTL

Ils sont 24 candidats à se présenter pour les élections législatives dans la 2e circonscription de Paris. Parmi eux, Nathalie Kosciusko-Morizet. L'ancienne candidate à la primaire de la droite et du centre a fait partie des 28 élus Les Républicains et aussi UDI a vouloir répondre à la "main tendue" par Emmanuel Macron après la nomination d'Édouard Philippe à Matignon. "Plutôt que les anathèmes, les caricatures, les exclusions, nous demandons solennellement à notre famille politique d'être à la hauteur de la situation de notre pays et de l'attente des Français, qui, au lendemain de l'élection d'Emmanuel Macron, attendent de nous d'être au rendez-vous de l'intérêt général", ont-ils écrit. 

Cet appel n'a pas suffi à conforter l'ancienne ministre pour les élections législatives puisque La République En Marche a investi Gilles Le Gendre dans sa circonscription. À cela s'ajoute le fait qu'Henri Guaino ait annoncé sa candidature ainsi que Jean-Pierre Lecoq. Tous les deux sont issus du camp des Républicains.

Une circonscription "parachute"

Pour être investie par Les Républicains pour le 2e circonscription de Paris, Nathalie Kosciusko-Morizet a dû jouer des coudes. En effet, en janvier dernier, l'ancienne ministre a remporté la possibilité de se présenter dans la circonscription de François Fillon, après des semaines de bataille contre Rachida Dati. Elle n'était pas "prédestinée" à se présenter dans cette circonscription. Élue dans le XIVe arrondissement, Nathalie Kosiucko-Morizet aurait dû affronter Pascal Cherki, député socialiste de la 11e circonscription de Paris. En 2012, il avait obtenu 56% des suffrages, rappelle Libération.

À lire aussi
Des bulletins de vote dans une urne. Guyane
Législative partielle en Guyane : le candidat REM devance son adversaire LFI

Mais la circonscription de l'ancien candidat de la droite et du centre ressemble davantage à un "parachute doré". Pourquoi ? Parce qu'il s'étend sur trois arrondissements... de droite (Ve, VI, et VIIe). À l'époque, cette décision avait provoqué de vives réactions au sein du parti. "Quelle image donnons-nous de la politique ! NKM prétendait construire, dans la durée, un véritable ancrage. Voilà qu’elle abandonne le terrain. Si cette 11e circonscription reste à gauche, ce sera sa faute", expliquait un conseiller de Paris à Libération. Un élu de droite ajoutait : "Elle veut absolument être députée pour redevenir ministre. Soit. Mais qu’elle n’aille pas prétendre, après ça, qu’elle se bat pour la reconquête de Paris en 2020".

L'entourage de l'ancienne ministre explique à RTL.fr que "cette campagne est âpre. Ça fait cinq ans que Nathalie Kosciuko-Morizet s'est investie sur tous les sujets parisiens. À aucun moment, elle ne s'est bornée à ne s'occuper que d'un arrondissement. Elle s'engage sur des sujets à la frontière entre les enjeux locaux et nationaux comme le travail le dimanche et le statut de la ville de Paris".

Candidature dissidente de Jean-Pierre Lecoq

Depuis, Nathalie Kosciusko-Morizet ne semble pas avoir reçu plus de soutiens. Lors du Grand Jury RTL/ Le Figaro/ LCI, Christian Jacob, le chef des Républicains à l'Assemblée nationale, a estimé que "c'est elle qui a eu l'investiture. Après, si vous me posez la question de savoir si Jean-Pierre Lecoq n'est pas un homme de valeur, eh bien, bien sûr que si !" Le maire Les Républicains du VIe arrondissement de Paris a déposé sa candidature aux élections législatives dans la 2e circonscription de la capitale et affrontera NKM : "Ce qui me motive surtout, c'est que nous avons une candidate dont nos électeurs ne savent plus où elle habite. Elle est officiellement à Les Républicains tout en faisant des appels du pied au nouveau président. Elle se présente en parangon de jeunesse alors qu'elle utilise les méthodes de la IIIe République". Selon Le Canard Enchaîné, de ce mercredi 24 mai, les députés Philippe Goujon et Claude Goasguen ont "discrètement poussé le maire à se présenter contre elle".

"Nathalie Kosciusko-Morizet est une enfant gâtée de la politique, une nomade de la politique, elle pratique le tourisme électoral. À la vitesse où les choses vont, il n'est pas exclu que je sois le candidat Les Républicains la semaine prochaine", ironise-t-il. En réponse, l'entourage de l'ancienne candidate à la présidentielle explique à l'AFP que l"on imagine que, dans la droite ligne qu'il a adoptée, le bureau politique de LR, très sourcilleux à juste titre sur le soutien qu'il convient d'apporter à tous les candidats investis LR et UDI, aura sans doute à cœur de procéder à l'exclusion de Jean-Pierre Lecoq ainsi que de tous ceux qui seraient conduits à le soutenir". Cette candidature fait tiquer l'entourage de la candidate qui nous explique qu'il "y a trois semaines, Jean-Pierre Lecoq faisait campagne à nos côtés. Ça ne manque pas de piquant".

Et Henri Guaino

Henri Guaino est venu ajouter son nom à cette équation. Poussé par Rachida Dati, comme le révèle Le Canard Enchaîné, le député Les Républicains sortant des Yvelines a annoncé sa candidature aux élections législatives dans la 2e circonscription de Paris face à Nathalie Kosciusko-Morizet. L'AFP rappelle que son parti lui avait refusé l'investiture dans la 3e circonscription des Yvelines, dont il est le député depuis 2012. "La situation ressemble assez étrangement à celle de la IVe République : vous avez un noyau central qui s'est constitué de ceux qui pensaient la même chose à droite et à gauche. Ils pensent tous pareil. (...) Ils forment un noyau central compact à l'intérieur duquel il n'y a pas la majorité des Français", a-t-il déclaré sur LCI

L'ancienne plume de Nicolas Sarkozy ajoute : "La majorité des Français, elle est dans la révolte, il suffit de voir le premier tour de la présidentielle, et elle est rejetée du coup vers des partis plus extrêmes, plus radicalisés qui ne peuvent pas s'entendre entre eux et offrir une majorité de rechange (...) Je n'ai pas l'investiture mais j'appartiens à cette famille depuis très longtemps, depuis plus longtemps que Nathalie, que Jean-François Lamour qui est président de la Commission d'investiture. J'ai contribué à faire élire deux présidents de la République, c'est ma famille politique". La réponse de Nathalie Kosicusko-Morizet ? "Je n'ai jamais perdu de ma vie. Ce n'est pas cette fois que je serai battue".

Voici la liste des candidats pour les élections législatives dans la 2e circonscription de Paris : Nathalie Kosciuko-Morizet (Les Républicains), Henri Guaino (dissident Les Républicains), Jean-Pierre Lecoq (dissident Les Républicains), Gilles Le Gendre (La République En Marche), Alain Avronsart, Delphine Benin, Pauline Betton (PCD), Manon Bouquin , Jan-Edouard BRUNIE (Debout La France), Edmond Coulot, Fabien Couture (PA), David de Preval, Laurent Gamet, Fabien Lassalle, Dominique Lelys, Christine Lichtenauer (Lutte Ouvrière), Alain Penso, Anne-Françoise Prunières (La France Insoumise), Annick Puyoou, Lorraine Questiaux (Parti communiste), Marine Rosset (Parti socialiste), Nicolas Rousseaux, Gilles Seignan (EELV), Anne Zanghellini (UPR).

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Législatives 2017 Nathalie Kosciusko-Morizet Henri Guaino
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7788683202
Législatives 2017 à Paris : la campagne de NKM court-circuitée par Guaino et Lecoq
Législatives 2017 à Paris : la campagne de NKM court-circuitée par Guaino et Lecoq
ÉCLAIRAGE - Nathalie Kosciusko-Morizet se présente dans la 2e circonscription de Paris. Une circonscription gagnable pour Les Républicains mais plus délicate pour celle qui doit affronter deux candidatures dissidentes.
https://www.rtl.fr/actu/politique/legislatives-2017-paris-nkm-court-circuitee-par-guaino-et-lecoq-7788683202
2017-05-24 07:00:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/An1EgtxhAZB7TZ9WnkfpZg/330v220-2/online/image/2017/0522/7788663798_nathalie-kosciusko-morizet-jean-pierre-lecoq-et-henri-guaino.jpg