2 min de lecture Ségolène royal

"Le Supplément" : Ségolène Royal soutenue par Laurence Parisot, l'ex patronne du Medef

La ministre de l'Écologie a précipitamment quitté le plateau de l'émission dominicale de Canal+ après un reportage qu'elle a qualifié de "caricature" de la politique.

Ségolène Royal a enchaîné les rendez-vous en Californie le 9 janvier 2016.
Ségolène Royal a enchaîné les rendez-vous en Californie le 9 janvier 2016.
Ludovic Galtier
Ludovic Galtier
Journaliste RTL

Six minutes et puis s'en va. Ségolène Royal a fait un passage éclair sur le plateau du Supplément de Canal+. Invitée fil rouge de l'émission du 21 février, la ministre de l'Écologie a fait le choix de quitter le studio à l'issue de son interview. L'entretien venait compléter un reportage intitulé "Encore plus Royal" qu'elle a qualifié de "caricature" de la politique, "des petites histoires". "Vous faites un sujet uniquement sur des problèmes de conflits interpersonnels, je ne me reconnais pas", s'est agacée la ministre.

Selon la communication de Canal+, joint par nos confrères d'Ozap, le départ de Ségolène Royal était "prévu". Elle n'aurait pas souhaité débattre avec les autres invités de l'émission qui a signé son record d'audience avec 778.000 téléspectateurs (5% de parts de marché). On pouvait notamment retrouver Julien Lepers. Quoi qu'il en soit, la séquence n'a pas manqué de faire réagir certains alliés de la candidate à la présidentielle de 2007. 

Ceux qui apportent habituellement la contradiction à Ségolène Royal l'ont, eux aussi, soutenue."Ségolène Royal a raison", a réagi l'ancienne présidente du Medef, Laurence Parisot. Le député de la Loire, Jean-Louis Gagnaire, qui ne se dit pas complaisant avec la ministre de l'Écologie, a approuvé sa démarche. "Ségolène Royal a eu raison de quitter un débat animé par un saltimbanque".

La ministre a réagi au reportage intitulé "Encore plus de Royal", qui revenait sur sa rivalité avec le désormais ex-président de la Cop 21, à qui elle a succédé. Au micro de RTL, la numéro trois du gouvernement avait estimé que "les règles de non-cumul s'appliquent à tout à chacun". Laurent Fabius, qui l'avait sèchement combattu lors des primaires socialistes d'octobre 2011, avait été alors contraint de jeter l'éponge.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Ségolène royal Laurence Parisot Ministre
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants