1 min de lecture Défense

Le gouvernement devrait dégeler une partie des crédits de la Défense

L’Exécutif pourrait assouplir les contraintes budgétaires du ministère de la Défense pour calmer la grogne de l’Armée.

Emmanuel Macron à la base aérienne d'Istres le 20 juillet en compagnie du chef d'état-major des Armées Francois Lecointre et de la ministre des Armées Florence Parly.
Emmanuel Macron à la base aérienne d'Istres le 20 juillet en compagnie du chef d'état-major des Armées Francois Lecointre et de la ministre des Armées Florence Parly. Crédit : Claude Paris/AP/SIPA
Geoffroy Lang
Geoffroy Lang

Après écarté un chef d’état-major des armées au bord de la mutinerie, Emmanuel Macron s’emploie désormais à calmer les troupes. Et le président de la République ne s’est pas contenté de rendre visite aux militaires de la base aérienne d’Istres (Bouches-du-Rhône) pour tenter de s’acheter les bonnes grâces de l’Armée. Pour ce faire l’Exécutif envisagerait même de faire une petite entorse sa politique de rigueur budgétaire en desserrant un peu les codons de la bourse pour la grande muette.

Selon les informations du Figaro, une partie des crédits de la Défense, mis en réserve au début de l’année, pourrait être “dégelée” pour compenser une partie des 850 millions d'euros de crédits retirés du budget de la Défense. Cette enveloppe budgétaire, créditée aujourd’hui de 1,9 milliard d’euros, ne peut être utilisée sans l’aval du Premier ministre.

L'armée plombée par le surcoût des opérations extérieures

Emmanuel Macron pourrait cependant convaincre Matignon de faire un geste pour mettre un terme à la polémique qui a conduit le général Pierre de Villiers à démissionner de son poste de chef d’état-major des armées. Avec cette coupe de 850 millions, le budget de la Défense concentre à lui seul 20% de l’effort budgétaire 4,5 milliards d'euros du gouvernement.

À lire aussi
Maître Bernard Boulloud défend son client, chirurgien grenoblois accusé par 80 patients justice
Chirurgien suspendu à Grenoble : sa culpabilité n'est pas prouvée, selon son avocat

Si le ministère de la Défense épongera par ailleurs les surcoûts des opérations extérieures (Opex) à hauteur de 650 millions d’euros, les 200 millions d’euros manquants pourraient lourdement peser sur l’armée. D’autant que cette somme correspond peu ou prou aux montants des primes qui doivent être versées en fin d'année aux militaires mobilisés sur le terrain fait remarquer Le Figaro.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Défense Armée Budget
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7789428127
Le gouvernement devrait dégeler une partie des crédits de la Défense
Le gouvernement devrait dégeler une partie des crédits de la Défense
L’Exécutif pourrait assouplir les contraintes budgétaires du ministère de la Défense pour calmer la grogne de l’Armée.
https://www.rtl.fr/actu/politique/le-gouvernement-devrait-degeler-une-partie-des-credits-de-la-defense-7789428127
2017-07-21 04:30:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/6KSeMU20h3aPT7I877YeXA/330v220-2/online/image/2017/0721/7789428130_emmanuel-macron-a-la-base-aerienne-d-istres-le-20-juillet-en-compagnie-du-chef-d-etat-major-des-armees-francois-lecointre-et-de-la-ministre-des-armees-florence-parly.jpg