1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. La discrimination positive "risque de créer les injustices du présent" selon Éric Brunet
1 min de lecture

La discrimination positive "risque de créer les injustices du présent" selon Éric Brunet

ÉDITO - Le gouvernement a annoncé qu'il allait réserver des places aux plus modestes dans la fonction publique. De quoi s'interroger sur les effets indésirables que pourrait produire la discrimination positive.

067_325240
067_325240
Crédit : GARO / Phanie / Phanie via AFP
La discrimination positive "risque de créer les injustices du présent" selon Éric Brunet
05:43
La discrimination positive "risque de créer les injustices du présent" selon Éric Brunet
05:43
micros
Eric Brunet - édité par Florine Boukhelifa

Créer plus de diversité sociale et territoriale. La ministre de la Transformation et de la Fonction Publique, Amélie de Montchalin, a annoncé mercredi 7 octobre que le gouvernement allait réserver des places aux plus modestes dans la haute fonction publique.

Il s'agit de ce qu'on appelle la discrimination positive. En 2020, seuls 1% d’enfants d’ouvriers étudie à l’École Nationale d'Administration (ENA). En France, il existe déjà plusieurs formes de discrimination positive. Notamment la loi sur la parité homme-femme en politique, la loi Solidarité et renouvellement urbain (SRU) sur les quotas de logements sociaux dans les villes, les quotas de travailleurs handicapés dans les entreprises. À Sciences Po aussi, où depuis 20 ans, un concours spécial d’entrée a été créé pour les lycéens issus d’une zone d’éducation prioritaire. 

Mais dans l’enseignement, le risque de la discrimination positive est de créer des injustices. Aux États-Unis par exemple, une enquête démontre que les étudiants blancs et asiatiques ont entre quatre et dix fois moins de chance que les Afroaméricains d’être admis à l’université de Yale, avec un dossier comparable. D’ailleurs, en ce moment, il y a plusieurs procès qui ont été intentés par des étudiants asiatiques contre l’université de Yale, d’Havard, de Princeton ou de Stanford. 

La discrimination positive répare peut-être les injustices du passé, mais elle risque de créer les injustices du présent.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/