2 min de lecture La République En Marche

"Gilets jaunes" : la République en marche contrainte de revoir sa communication

À la REM, la crise des "gilets jaunes" a poussé les stratèges du mouvement à repenser leur communication, au profit de réseaux sociaux.

Pauline de Saint-Remy Les Indispensables Pauline De Saint-Rémy iTunes RSS
>
"Gilets jaunes" : la République en marche contrainte de revoir sa communication Crédit Image : ERIC DESSONS/JDD/SIPA | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Pauline de Saint-Remy
Pauline De Saint-Rémy
et Marie Sasin

Le 1er décembre dernier en particulier, le jour de l’acte 3 de la mobilisation avec des scènes de guérilla urbaines qui ont beaucoup marqué, a été pour eux une révélation sur la façon dont les Français s’informent désormais. "On a basculé dans un nouveau monde médiatique", disait cette semaine un communicant du parti présidentiel.

Une donnée les a particulièrement marqué ce jour-là, Facebook a touché plus de Français que toutes les chaînes de télévision réunies. Ils le sauront plus tard mais au mois de décembre un quart des Français ne se serait informé sur les "gilets jaunes" que via Facebook, voilà pourquoi le 6 décembre, à l’avant-veille d’une nouvelle journée de mobilisation, Matignon convoquera pour la première fois des responsables du parti à une réunion sur les fake news, infox en français.

Autour de la table, le service d’information du gouvernement, le SIG, le porte-parolat, le ministère de l’Intérieur, des représentants du groupe à l’Assemblée, une boucle Telegram sera créée dans la foulée pour communiquer en direct avec les porte-paroles du parti et autres députés abonnés aux plateaux de télévision et leur fact-checker, autrement dit démonter d’éventuelles fausses informations pour eux.

Autre décision prise immédiatement, le 8 décembre, Christophe Castaner, le ministre de l’Intérieur se fera suivre en direct par le journaliste du média de vidéos en ligne Brut, Rémy Buisine pour "qu’il n’y ait pas que des "gilets jaunes" sur Facebook, expliquait un stratège.

Une façon de faire campagne qui va changer

À lire aussi
Anne-Laure Cattelot, députée LREM réforme des retraites
Retraites : manifestation devant le domicile des parents d'une députée LaREM du Nord

Avec un objectif : devenir des acteurs des réseaux sociaux, communiquer de façon plus horizontale, libérer les initiatives individuelles. Concrètement, ça signifie par exemple : créer des groupes publics plutôt que des pages officielles sur Facebook, créer surtout des ambassadeurs de la REM ou dit autrement des militants numériques.

Prenez un militant que l’on repère lors d’une séance de tractage classique, demandez-lui s’il veut se filmer, explique un spécialiste du parti. À noter que la REM compte bien sûr investir Instagram et ses 14 millions d’utilisateurs, un réseau dit-on bienveillant et sociologiquement proche de ses adhérents.

Samedi 2 février, les cadres locaux du parti sont conviés à un séminaire interne à Paris, on va leur expliquer que les réseaux sociaux d’aujourd’hui n’ont plus rien à voir avec ceux d’il y a deux ans. Le rêve des extrêmes d’avoir des contre-médias aussi forts que les médias traditionnels est arrivé, "on doit s’adapter", disent-ils.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
La République En Marche Communication Réseaux sociaux
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants