2 min de lecture Société

L'importance des maires "échappait aux brillants énarques qui nous gouvernent", déplore Polony

ÉDITO - À l'occasion de l'ouverture du Congrès de l'Association des maires de France ce lundi 18 novembre, Natacha Polony établit un état des lieux des difficultés que subissent les maires pour gérer leur commune.

oeil monde - L'oeil de... Natacha Polony & Andréa Bescond & Philippe Caverivière & Olivier Mazerolle iTunes RSS
>
L'oeil de... du 18 novembre 2019 Crédit Image : JACQUES DEMARTHON / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
micro générique
Natacha Polony édité par Louis Rigaudière

Le Congrès de l’Association des maires de France s’ouvre aujourd’hui dans une ambiance un peu particulière, à quelques mois des élections municipales. Un sur deux ne se représente pas : il faut s’alarmer ?

Pendant des années, personne ne s’intéressait à eux. Ils faisaient le boulot sans aucune reconnaissance. Si, ils étaient les élus préférés des Français. Et c’était censé suffire, comme médaille. Et puis sont arrivés les cas de maires poursuivis ou emprisonnés pour un panneau de basket tombé dans la cour de l’école. Les cas de harcèlement juridique, les injures, les agressions. Jusqu’à la mort de Jean-Mathieu Michel, maire de Signes, écrasé par un chauffard venu déverser des gravats sur un chemin de sa commune.

Et là, on s’est aperçu qu’il y avait un truc qui ne collait pas. Emmanuel Macron, qui ne s’était même pas déplacé l’an dernier pour le Congrès, va prononcer un discours demain. Il va les bichonner. Et c’est normal, non ? Ils sont un échelon essentiel de la démocratie. Sauf que visiblement, ça échappait aux brillants énarques qui nous gouvernent. Emmanuel Macron ne les a redécouverts que parce qu’il s’est rendu compte pendant le grand débat qu’il était bien utile d’avoir des gens qui assurent le lien social et connaissent le pays.

"C'est par le local qu'on peut récréer du lien"

Mais voilà des années que le discours des technocrates de Bercy, c’est de nous dire que "36 000 communes", c’est ringard. Encore une de ces spécificités françaises dont il faut se moquer parce que c’est tellement mieux chez nos voisins. 36 000 communes, ce sont des dizaines de milliers de personnes qui administrent quasi bénévolement le pays, qui le quadrillent, qui s’occupent des vieux, qui règlent les différends, qui font vivre un semblant de démocratie locale. On veut faire quoi ? Les remplacer par des technocrates qu’il faudra payer ?

À lire aussi
Emmanuel Macron pris à partie par des gilets jaunes le 14 juillet aux Tuilleries Gilets jaunes
Macron chahuté par des "gilets jaunes" : qu'est-ce que la "Brav" évoquée dans la vidéo ?

Mais est-ce qu’ils ont les moyens de faire vivre la démocratie locale ? Si la moitié refuse de représenter, il y a une raison. Et elle ne tient pas seulement aux incivilités. Bien sûr, c’est une des causes. Les conflits, en particulier avec les gens du voyage, sont un des facteurs de violence. Mais c’est surtout le délire administratif qui les mine. Les intercommunalités, c’est une machine à détruire le maillage territorial. Un empilement antidémocratique qui permet aux métropoles de réduire à rien les petites villes alentours. Et la réforme territoriale de François Hollande a empiré le phénomène. Tout comme la suppression de la taxe d’habitation.

On veut que les maires ne soient plus là que pour gérer le chemin communal, et encore, sans un sou. C’est une folie. C’est par le local qu’on peut recréer du lien, le sentiment de vivre ensemble, de partager un destin commun. Sauf si on veut que la France ressemble à un désert avec quelques EPAHD.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Société Politique Maires
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants