1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. "L'ENA est devenu un mauvais symbole", selon Gaspard Gantzer
1 min de lecture

"L'ENA est devenu un mauvais symbole", selon Gaspard Gantzer

INVITÉ RTL - Ancien élève de l'ENA dans la même promotion qu'Emmanuel Macron, Gaspard Gantzer souhaite que le nom de l'ENA soit changé.

Gaspard Gantzer
Gaspard Gantzer
Crédit : JOEL SAGET / AFP
"L'ENA est devenu un mauvais symbole", selon Gantzer
03:21
RTL Midi -  Christelle Rebière
Christelle Rebière
Animateur

C'était l'un des engagements pris après la crise des "gilets jaunes" en 2019. Emmanuel Macron va réformer l'École nationale d'Administration, ENA. L'objectif de cette réforme, préparée depuis plusieurs mois par la ministre de Transformation et de la Fonction publique Amélie de Montchalin, est "d'offrir aux Français un service public plus proche, plus efficace, plus transparent et plus bienveillant", explique l'Élysée. 

Gaspard Gantzer, ancien conseiller de François Hollande et ancien élève de l'ENA dans la même promotion qu'Emmanuel Macron a réagi au micro de RTL à cette annonce. "L'ENA est devenu un mauvais symbole", estime-t-il. Les énarques jugés déconnectés de la réalité et de la vie quotidienne des Français sont une "sorte d'ornithorynque français", ajoute-t-il. 

Créée en 1945 par le général de Gaulle, l'ENA, qui sélectionne quelque 80 élèves par an, est régulièrement critiquée pour sa formation d'élites "hors sol". Selon François Bayrou qui s'aligne sur le même constat qu'Emmanuel Macron, "l'État est devenu administration et l'administration est devenue bureaucratie", ce qui bloque les réformes.

Les énarques ont leur part de responsabilité

Gaspard Gantzer

Selon l'ancien conseiller en communication de François Hollande, "on les accuse de tous les mots. Or, je ne crois pas qu'ils soient responsables de tous les maux de notre pays. Mais ils ont leur part de responsabilité". 

À lire aussi

Gaspard Gantzer concède que "l'ENA n'est pas l'institution qui est la plus représentative de la diversité de la société française". Pour redonner confiance en l'institution, il préconise d'en "changer le nom" et de "changer l'école de fond en comble". Une décision qui n'est "pas simplement cosmétique" et qui pourra mettre fin aux "valeurs négatives" véhiculées par l'école de la haute fonction publique. Il souhaite aussi que "les concours d'accès" soient "réformés" pour permettre davantage de diversité. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/