1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Jean-Vincent Placé veut créer un nouveau mouvement "centriste"
2 min de lecture

Jean-Vincent Placé veut créer un nouveau mouvement "centriste"

REPLAY / INVITÉ RTL - Le sénateur qui vient de quitter EELV prépare l'organisation d'une nouvelle formation politique avec François de Rugy entre autres.

Jean-Vincent Placé, invité de RTL, le 1er septembre 2015
Jean-Vincent Placé, invité de RTL, le 1er septembre 2015
Crédit : RTL
Jean-Vincent Placé veut créer un nouveau mouvement "centriste"
05:59
Jean-Vincent Placé veut créer un nouveau mouvement "centriste"
05:59
Cécile De Sèze
Cécile De Sèze

Quel avenir pour l'écologie en politique ? Le parti Europe Écologie les Verts est dans la tourmente après plusieurs départs consécutifs comme ceux de François de Rugy et Jean-Vincent Placé. Le président du groupe écologiste au Sénat a démissionné du parti le 28 août dernier à cause du virage trop à gauche adopté par le parti. "Moi je suis en soutien du président de la République et du Premier ministre", a-t-il répété au micro RTL de Marc-Olivier Fogiel.

EELV, avec sa stratégie avec l'extrême gauche, est mort

Jean-Vincent Placé

Son départ, certains ont pu le qualifier d'opportuniste, quelques jours avant le remplacement de François Rebsamen au ministère du Travail. Mais il se défend de toute "ambition individuelle". "Si j'ai choisi ce moment-là, c'est parce que je voulais me déconnecter de toutes ces questions de poste", justifie-t-il. 

C'est davantage "une question politique, de fond, c'est-à-dire, défendre les idées écologistes qui sont les miennes, dans le cadre de la conférence sur le climat, sur la biodiversité, sur la question des ressources, de l'économie verte" et, surtout, "déconnecter ça des questions politiciennes". Né en 2010, EELV, "avec sa stratégie avec l'extrême gauche, oui", est mort, selon Jean-Vincent Placé. Alors que Noël Mamère assure de son côté qu'Europe Écologie les Verts aura un candidat pour la présidentielle.

Un mouvement écologiste "réformateur"

L'écologie doit-elle être à l'extrême gauche ou au centre gauche ? C'est la question qu'il pose aux Français. Pour lui, en tout cas, ce parti ne peut "surtout pas" être à l'extrême gauche, Jean-Vincent Placé le voudrait "central", et même "centriste". Plus loin encore, il voudrait que "les écologistes soient partout", dans tous les partis, "mais ce n'est pas le cas". Donc "avec les convictions qui sont les miennes, j'essaye encore de peser pour faire en sorte que l'écologie soit au cœur des problématiques, dans un nouveau mouvement", poursuit-il. 

À lire aussi

Avec François de Rugy et "différents amis", qu'il rencontrera le 2 septembre, il veut "créer un mouvement écologiste réformateur qui porte un message d'ouverture". Pour les élections régionales, pas de pression. Ce n'est pas la priorité même s'ils essayeront "d'être présents". Le principal, c'est la conférence climat, les questions sur la biodiversité, l'alimentation, la vie quotidienne... 

Combien d'écologistes pourraient suivre François de Rugy et Jean-Vincent Placé ? Une partie "très significative" croit savoir le sénateur. "Des élus, des parlementaires, des militants". Mais des militants verts, il y en a 4.000 selon lui, donc il affirme de pas vouloir "essayer de rentrer dans un calcul d'apothicaire".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/