1 min de lecture IVG

IVG : les députés suppriment la notion de "détresse"

L'Assemblée nationale a adopté l'amendement socialiste supprimant la notion de "détresse" nécessaire à toute interruption volontaire de grossesse, mardi 21 janvier.

L'Assemblée nationale, ici en décembre 2013.
L'Assemblée nationale, ici en décembre 2013. Crédit : PATRICK KOVARIK / AFP
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Tard ce mardi 21 janvier au soir, les députés ont décidé de faire évoluer la loi Veil sur l'interruption volontaire de grossesse. Les députés ont adopté en première lecture un amendement socialiste confortant le droit à l'IVG.

L'article "5 quinquies C" supprime de la loi la notion de "détresse" pour une femme voulant procéder à une IVG, et la remplace par les mots : "Qui ne veut pas poursuivre une grossesse". Si la gauche a fait bloc derrière cette idée, arguant que la notion de "détresse" était "obsolète", l'UMP était dans une situation plus ambiguë sur le sujet.

Le débat parlementaire, musclé, a duré plus de deux heures devant une centaine de députés.

Tous les groupes de gauche, ainsi que l'UDI et l'UMP - sauf certains de ses membres, à l'instar de Jean-Frédéric Poisson, président du Parti chrétien-démocrate (PCD) -, ont voté en faveur de la suppression de cette notion. Marion Maréchal-Le Pen (FN) a également voté contre. 

À lire aussi
Une manifestant pro-avortement à Montgomery dans l'Alabama. (Illustration.) États-Unis
Coronavirus : huit États américains en profitent pour restreindre le droit à l'avortement

L'amendement déposé par certains élus UMP et proposant de dérembourser l'IVG, non soutenu par le groupe du principal parti d'opposition, a quant à lui été rejeté, comme d'autres mesures non officiellement défendues par l'UMP. Une partie de l'UMP a vivement dénoncé l'amendement socialiste, estimant qu'il "banalise" l'IVG et en fait "un droit comme les autres".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
IVG Parti socialiste UMP
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants