2 min de lecture Immigration

Immigration économique : le gouvernement s'apprête à instaurer des quotas

VU DANS LA PRESSE - Selon les informations du "Parisien", le gouvernement devrait se positionner en faveur des quotas pour l'immigration économique, à l’issue d’un Comité interministériel sur l’immigration, mercredi 6 novembre.

Édouard Philippe, le 12 septembre 2019
Édouard Philippe, le 12 septembre 2019 Crédit : MARTIN BUREAU / AFP
Marie-Pierre Haddad
Marie-Pierre Haddad
Journaliste RTL

Une proposition qui devrait ravir la droite. Selon Le Parisien, le gouvernement souhaiterait mettre en place des quotas pour l'immigration économique. Cette annonce devrait être l'une des mesures faites à l'issue du conseil interministériel sur l'immigration, mercredi 6 novembre. Une information confirmée par Muriel Pénicaud, ministre du Travail et Gabriel Attal, secrétaire d'Etat à la Jeunesse.

Le Parisien précise que "les derniers arbitrages pris ce week-end s'acheminent vers un dispositif de remise à plat du système existant. Avec dès l'année prochaine un débat annuel au Parlement pour définir des quotas par secteur d'activité". 

L'idée d'instaurer des quotas n'est pas nouvelle. En pleine crise des "gilets jaunes"Emmanuel Macron avait adressé une lettre aux Français afin de définir les contours du grand débat national. Le président de la République en a aussi profité pour rouvrir le débat sur les quotas d'immigration. "En matière d'immigration, une fois nos obligations d'asile remplies, souhaitez-vous que nous puissions nous fixer des objectifs annuels définis par le Parlement ?", écrivait-il aux Français. 

Une proposition faite dès 2006

A l'époque, Gilles Le Gendre expliquait sur France info : "On n'a pas prononcé le mot de quotas". Mais la patron des députés LaREM à l'Assemblée ajoutait qu'"il n'y a pas de tabous là-dessus". Depuis, la majorité semble s'être affranchie de ce "tabou". "Avoir la maîtrise des flux migratoires, c'est populaire, quelque chose vers laquelle les Français se projettent. Le sujet fait désormais consensus, y compris au sein de l'aile gauche de la majorité", explique un proche d'Édouard Philippe, dans les colonnes du Parisien

À lire aussi
La députée Jennifer De Temmerman immigration
Immigration : une députée quitte le groupe LaREM à cause des annonces du gouvernement

Dès 2006, Nicolas Sarkozy, à l'époque ministre de l'Intérieur, était favorable à cette idée. Comme le rappelle Franceinfo, il expliquait vouloir passer d'une "immigration subie" à une "immigration choisie". "La France doit pouvoir faire le choix des immigrés qu'elle accueille en fonction de ses besoins. Elle doit accueillir des étrangers auxquels elle peut donner un travail", ajoutait-il.

Un an plus tard et à la tête de l'Elysée, "Nicolas Sarkozy précise alors noir sur blanc cette volonté, dans une lettre de mission envoyée le 9 juillet 2007 à Brice Hortefeux, fraîchement nommé ministre de l'Immigration : 'Vous viserez l'objectif que l'immigration économique représente 50% du flux total des entrées à fin d'installation durable en France'", ajoute le site.

Macron hostile aux quotas pendant la campagne présidentielle

Lors de la campagne présidentielle de 2017, le candidat Les Républicains, François Fillon, souhaitait instaurer des quotas votés. Il expliquait qu'ils seraient votés annuellement par le Parlement. 

A l'époque candidat En Marche, Emmanuel Macron contestait la proposition du candidat de la droite. "Je ne propose pas une politique idéologique en matière d'immigration", déclarait-t-il. Depuis, le président de la République a changé de stratégie. "Pas de sélection par pays d'origine dans les tuyaux, mais tout de même des entrées conditionnées aux besoins en main-d'œuvre des entreprises française, selon les secteurs en tension", note Le Parisien.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Immigration Emmanuel Macron Édouard Philippe
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants