3 min de lecture Hommage

Hommage aux militaires : Macron envoie un message à "ceux qui attaquent un Français"

VIDÉO - Un hommage national a été rendu à Cédric de Pierrepont et Alain Bertoncello, décédés lors de l'assaut visant à libérer deux otages français au Burkina Faso.

>
Hommage national : le discours d'Emmanuel Macron Crédit Image : PHILIPPE WOJAZER / POOL / AFP | Crédit Média : M6 info | Date :
Marie-Pierre Haddad
Marie-Pierre Haddad
Journaliste RTL

Un hommage pour deux héros de la nation. La France s'est recueille ce mardi 14 mai afin de rendre hommage aux premiers maîtres Cédric de Pierrepont et Alain Bertoncello, décédés au Burkina Faso le 10 mai lors d'une opération de libération d'otages. Les deux soldats ont reçu la Légion d'honneur à titre posthume.

Dans un discours d'une vingtaine de minutes, Emmanuel Macron a tenu à saluer leur mémoire. Une prise de parole à la fois émouvante, solennelle et qui revient sur le choix de lancer cette opération. Ils "sont morts en héros (...) Ces officiers mariniers étaient des soldats hors normes comme peu d'armées dans le monde ont la chance d'en compter", a déclaré à la tribune le président de la République.

Le chef de l'État a aussi eu au cours de l'hommage une pensée pour l'otage française Sophie Pétronin. "Je pense à Sophie Pétronin aux mains de ses ravisseurs. Nous ne l'oublions pas. Ceux qui attaquent un Français doivent savoir que jamais notre pays n'abandonne ses enfants", a déclaré Emmanuel Macron.

Une mission "périlleuse" mais "nécessaire"

C'est à travers une histoire qu'Emmanuel Macron a choisi de rendre hommage à Cédric de Pierrepont et Alain Bertoncello. Le président de la République a narré, événement après événement, décision après décision et pas après pas, la mission de libération des otages pour laquelle les deux membres des forces spéciales ont donné leur vie.

À lire aussi
L'hélicoptère des secouristes s'est écrasé au Rove, dans les Bouches-du-Rhône. Emmanuel Macron
Les infos de 7h30 - Macron rend hommage aux secouristes morts pendant les intempéries

"La France était encore endormie quand nos forces armées se sont engagées pour sauver deux de nos compatriotes, raconte Emmanuel Macron. La mission était périlleuse Les ravisseurs avaient encore les mains ensanglantées (...) La mission était difficile (...) La mission était nécessaire", déclare le président de la République.

Il poursuit : "En tête de la colonne d'assaut, deux hommes, deux militaires d'expérience (...) Après avoir neutralisé l'homme qui guettait, le groupe commando parvient au seuil du campement. Les ravisseurs se tenaient là, près à en découdre et prêts à faire feu sans discernement (...) Pour sauver la vie des otages, une solution : mener l'assaut sans ouvrir le feu". 

Des soldats qui ont accompli leur "destinée"

Emmanuel Macron a ensuite tenu à s'adresser directement  à Cédric de Pierrepont et Alain Bertoncello : "Vous que la mort à jamais a unis, voyez la Nation rassemblée dans cette cour des Invalides pour vous rendre hommage. Je sais que ceux qui vous doivent la vie, nos deux compatriotes comme les ressortissantes américaine et sud-coréenne s’associent à ce geste".

C'est avec ses mots que le président de la République a souhaité mettre un terme sur les polémiques sur la prise d'otages de ces deux Français qui se trouvaient dans une zone déconseillée par le ministère des Affaires étrangères.

"Une vie arrêtée n’est pas une vie perdue. Une vie arrêtée, en pleine jeunesse, en pleine conscience aussi, n’est pas une vie perdue. Une vie donnée n’est pas une vie perdue. Celui qui meurt au combat dans l’accomplissement de son devoir n’a pas seulement accompli son devoir, il a rempli sa destinée. Ce n’est pas un sacrifice, c’est le sens même de l’engagement, la part tragique de la mission, et vous le saviez. Et avec vous, je le savais", dit-il.

Un avertissement

Enfin, Emmanuel Macron a mis en garde les ennemis de la République. "Nous sommes là pour affirmer avec toute l’énergie que nous donne la tristesse que nous ne céderons rien de l’engagement qui a été le vôtre", a insisté le président de la République. Quelques minutes plus tôt, le chef de l'État a lancé un avertissement : "Ceux qui attaquent un Français doivent savoir que jamais notre pays ne plie, toujours ils trouveront notre armée, nos alliés, sur leur chemin".

Le chef de l'État a conclu par ces mots : "Nous ne céderons rien des combats pour lesquelles vous vous êtes engagés et avez donné votre vie".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Hommage Emmanuel Macron Burkina Faso
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants