1 min de lecture Polémique

Griveaux parle des "névroses" de ceux qui manifesteront avec Mélenchon

Le secrétaire d'État, interviewé sur France Inter lundi 11 septembre, a dénoncé les "névroses" et les" passions tristes" de ceux qui comptent manifester contre la loi Travail.

Benjamin Griveaux, secrétaire d'État au ministère de l'Économie et des finances.
Benjamin Griveaux, secrétaire d'État au ministère de l'Économie et des finances. Crédit : Francois Mori / POOL / AFP
Océane Blanchard
Océane Blanchard

Benjamin Griveaux s'est illustré lundi 11 septembre pour ses propos, insistant sur des "névroses" et des "passions tristes" des mécontents. Le secrétaire d'État au ministère de l'Économie et des finances, interrogé sur France Inter, a vivement réagi après la question d'un auditeur.

Confronté au sujet de la gestion de la crise de l'ouragan Irma, Benjamin Griveaux a commencé par répondre sur la solidarité avant de dériver sur la réforme du code du travail. Énervé, il a alors affirmé que les auteurs de ces critiques avaient des "passions tristes" et "des névroses", et qu'il seraient surement à la manifestation du 23 septembre. 

"Je suis content qu'on puisse encore être généreux et solidaire dans ce pays. Et je laisse ceux qui sont confrontés à leurs passions tristes - et manifestement cet auditeur et certains de vos auditeurs le sont - et bien à leurs passions tristes (…). Et je les laisse à leurs névroses, j'imagine qu'ils seront dans la rue avec Jean-Luc Mélenchon le 23."

>
Benjamin Griveaux répond aux auditeurs de France Inter Durée : |

Des termes qui ont provoqué de nombreuses réactions, notamment sur les réseaux sociaux. Cette polémique arrive à peine quelques jours après la déclaration sur "les fainéants" faite par Emmanuel Macron à Athènes. 

À lire aussi
Jean-Luc Mélenchon lors de l'Assemblée représentative de la France Insoumise le 23 juin 2019 Jean-Luc Mélenchon
Les infos de 12h30 - "Essayez la dictature" : Mélenchon répond à Macron

"Je serai d'une détermination absolue et je ne céderai rien, ni aux fainéants, ni aux cyniques, ni aux extrêmes" avait déclaré le président de la République vendredi 8 septembre, toujours à propos de la réforme du code du travail. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Polémique La République En Marche Emmanuel Macron
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants