1 min de lecture Violences conjugales

Grenelle des violences conjugales : "C'est de la com', de l'agitation", dit Luc Frémiot sur RTL

INVITÉ RTL - L'ancien procureur de la République de Douai, revient sur l'organisation du Grenelle des violences conjugales qui s'ouvrira le 3 septembre. Pour le magistrat retraité, il ne s'agit que d'une vaste "opération de séduction".

fallait l'inviter- L'Entretien du jour Thomas Sotto
>
Grenelle des violences conjugales : "C'est de la com', de l'agitation", dit Luc Frémiot sur RTL Crédit Image : RTL | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Nicolas Barreiro

À la veille du Grenelle sur les violences conjugales, le 3 septembre, Luc Frémiot, ancien procureur de la République de Douai et spécialiste des violences conjugales, ne décolère pas contre cet événement qu'il qualifie d'"opération de séduction".

"C'est de la com', de l'agitation" déclare le magistrat retraité, qui poursuit en critiquant l'action des ministres : "Belloubet est complètement passive [...] Castaner est complètement indifférent à ce genre de problème [...] Schiappa fait le show". Selon l'ancien procureur de la République, le gouvernement n'est pas assez concerné par les violences conjugales.

Afin de faire face au problème que pose ces violences, "il faut revenir aux fondamentaux". Selon le spécialiste, le rôle de la police est le plus important, "il suffit d'appliquer la loi, il suffit que les services de police et de gendarmerie prennent les plaintes et cessent de faire des mains courantes qui ne servent à rien".

Luc Frémiot affirme que le laxisme des forces de l'ordre empêche de prévenir de nombreux féminicides. Il pointe les gendarmes et policiers "qui considèrent que ce n'est pas si grave que ça", qui demandent aux victimes de revenir "quand ce sera plus grave que ça." 

À lire aussi
Nicole Belloubet, ministre de la Justice, en juillet 2019 justice
Féminicides : des "dysfonctionnements" dans la chaîne pénale, selon Nicole Belloubet

Pour rappel, le nombre de féminicides en France s'élève désormais à 101 depuis janvier 2019.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Violences conjugales Droits des femmes Femmes battues
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants