3 min de lecture Gilets jaunes

"Gilets jaunes" : interdiction de manifester, LBD, contraventions... Les annonces de Philippe

ÉCLAIRAGE - Le Premier ministre Édouard Philippe a réagi lundi 18 mars aux violences ayant émaillé les dernières manifestations des "gilets jaunes" en annonçant plusieurs mesures de fermeté.

Marc-Olivier Fogiel RTL Soir Marc-Olivier Fogiel
>
"Gilets jaunes" : interdiction de manifester, LBD, contraventions... Les annonces de Philippe Crédit Image : Fred TANNEAU / AFP | Crédit Média : Dominique Tenza | Durée : | Date : La page de l'émission
Générique 3
Dominique Tenza et Cassandre Jeannin

Après les violences survenues samedi 16 mars sur les Champs-Élysées en marge de la manifestation des "gilets jaunes", Édouard Philippe a présenté, lundi 18 mars, les réponses de l'exécutif face aux "dysfonctionnements" constatés.

Ces annonces ont été actées plus tôt dans la journée lors d'une réunion présidée par Emmanuel Macron à l'Élysée. Autour de la table étaient rassemblés Édouard Philippe ainsi que les trois ministres chargés de l'Intérieur et de la Justice : Christophe Castaner, Laurent Nuñez et Nicole Belloubet. 

"Après ce qu'il s'est passé, le président de la République a demandé de nouvelles mesures à son Premier ministre et son gouvernement. Nous avons regardé les dysfonctionnements, comment on fait sur les plans judiciaire, technique, policier. Le président est très désireux qu'ils soient expliqués et présentés avec un bilan et des décisions adaptées", a-t-on indiqué dans l'entourage du chef de l'État. 

À lire aussi
Des manifestants à Paris, lors de l'acte 21 des "gilets jaunes". manifestations
"Gilets jaunes" : 9.600 manifestants à 14h, dont 6.700 à Paris

1. Interdiction de manifester dans plusieurs villes

C'est l'une des annonces fortes de l'intervention d'Édouard Philippe. Le Premier ministre avertit qu'il sera désormais interdit de manifester dans plusieurs quartiers, dont les Champs-Élysées, en cas de présence "d'éléments ultras".

"Nous interdirons les manifestations se revendiquant des 'gilets jaunes' dans les quartiers qui ont été les plus touchés dès lors que nous aurons connaissance de la présence d'éléments 'ultras' et de leur volonté de casser. Je pense bien évidemment aux Champs-Élysées à Paris, à la place Pey-Berland à Bordeaux, à la place du Capitole à Toulouse", a-t-il précisé en conférence de presse à Matignon.

Dans ces cas là, "nous procéderons à la dispersion immédiate de tous les attroupements", a-t-il ajouté.

2. Hausse de l'amende pour participation à une manifestation interdite

Par ailleurs, Édouard Philippe a annoncé avoir demandé à la Garde des Sceaux "d'augmenter très nettement le montant de la contravention en cas de participation à une manifestation interdite".

Actuellement les personnes qui se rendent à un rassemblement interdit encourent une amende d'un maximum de 38 euros, tandis que les organisateurs sont eux passibles de six mois d'emprisonnement et 7 500 euros d'amende. Ce montant passerait à 135 euros, selon Matignon. 

3. Usage des lanceurs de balle de défense

Édouard Philippe est revenu sur l'usage très critiqué des lanceurs de balle de défense lors des manifestations, notamment lors de celles du samedi 16 mars.

"Des consignes inappropriées ont été passées pour réduire l'usage" des lanceurs de balle de défense (LBD),a  déploré le Premier ministre, après les violences et pillages survenus sur les Champs-Élysées lors de l'acte 18 des "gilets jaunes".

"Nous allons renforcer la fermeté de notre doctrine de maintien de l'ordre", a ajouté Édouard Philippe dans une allocution visant à dessiner "une nouvelle stratégie". 

4. Limogeage du préfet de police

Didier Lallement, préfet de la région Nouvelle-Aquitaine, va emplacer l'actuel préfet de police de Paris Michel Delpuech. Ce dernier était régulièrement donné partant depuis l'affaire Benalla et les polémiques à répétition sur la gestion de l'ordre public dans la capitale.

Didier Lallement, haut fonctionnaire né il y a 62 ans à Lyon a alterné durant toute sa carrière postes dans les ministères et dans le corps préfectoral. Il a notamment été conseiller technique auprès de Jean-Pierre Chevènement, alors ministre de l'Intérieur en 1997, avant d'être nommé directeur général des collectivités locales à ce même ministère, entre 1997 et 2000. Il a également été secrétaire général du ministère de l'Intérieur sous le mandat de François Hollande, lorsque Manuel Valls occupait le ministère.

Avant d'arriver en Nouvelle-Aquitaine, Didier Lallement a été à la tête des préfectures de l'Aisne, de Saône-et-Loire, ainsi que de la région Basse-Normandie.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Gilets jaunes Manifestations Violences
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7797236391
"Gilets jaunes" : interdiction de manifester, LBD, contraventions... Les annonces de Philippe
"Gilets jaunes" : interdiction de manifester, LBD, contraventions... Les annonces de Philippe
ÉCLAIRAGE - Le Premier ministre Édouard Philippe a réagi lundi 18 mars aux violences ayant émaillé les dernières manifestations des "gilets jaunes" en annonçant plusieurs mesures de fermeté.
https://www.rtl.fr/actu/politique/gilets-jaunes-interdiction-de-manifester-amendes-les-annonces-d-edouard-philippe-7797236391
2019-03-18 17:44:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/DmNBl48ppPoyBe38RZViVw/330v220-2/online/image/2019/0219/7796993351_edouard-philippe-le-15-fevrier-2019.jpg