2 min de lecture Ségolène royal

Gaz de schiste : "Ségolène Royal mène un combat vain", estime Alba Ventura

REPLAY / ÉDITO - La ministre de l'Énergie et de l'Environnement a décidé de partir en guerre contre EDF et Engie, qui ont décidé d'importer du gaz de schiste liquéfié en provenance des États-Unis.

OlivierBost_245x300 L'Edito Politique Olivier Bost iTunes RSS
>
Gaz de schiste : "Ségolène Royal mène un combat vain", estime Alba Ventura Crédit Image : SIPA | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
L'invite´ de RTL - Alba Ventura
Alba Ventura et Loïc Farge

C'est une conversation qui illustre les incohérences du pouvoir. Nous sommes en juillet 2013 à l'Élysée. Le Président François Hollande nous indiquait que l'importation du gaz de schiste serait une "opportunité formidable" et que dès que les Américains auraient donné l'autorisation d'en exporter, on pourrait ainsi en acheter et faire baisser le prix, et que tout ça serait bon pour le pouvoir d'achat. Deux ans plus tard, on apprenait qu'EDF et Engie avaient signé des contrats avec les Américains pour en importer. Et là "patatras" ! Ségolène Royal explique à l'Assemblée qu'elle va "examiner juridiquement" la façon dont on peut interdire son importation.

La ministre de l'Énergie et de l'Environnement dit visiblement l'inverse du chef de l'État. Mais a-t-elle les moyens d'empêcher l'importation du gaz de schiste ? C'est un combat vain, sur le plan juridique et technique pour commencer. D'abord parce que si en France on a interdit la fracturation, on n'a pas interdit la commercialisation. D'ailleurs on n'a pas le droit de l'interdire, parce que c'est contraire aux règles de l'OMC de libre-circulation des marchandises. On peut interdire les importations lorsqu'elles représentent un risque, comme la vache folle ou le bœuf aux hormones. Mais là, ce n'est pas le sujet. Du gaz, on en importe déjà.
C'est là où en arrive à la technique. Quand le gaz de schiste est extrait, il devient du gaz naturel. Ça part dans les citernes, où il est mélangé avec le gaz "conventionnel". Dans les navires de transport, on ne fait pas le tri : c'est moitié gaz de schiste/ moitié gaz conventionnel. Le gaz n'est pas répertorié en fonction de son origine.

On confond la morale et la réalité

Ensuite c'est un combat hypocrite. Voilà deux entreprises, EDF et Engie, qui ont passé ces contrats il y a deux ans environ, sans que l'Etat actionnaire ne soit au courant ? C'est quand même bizarre ! Rappelons au passage que la culture OGM est interdite en France : ça ne nous empêche pas d'importer des tourteaux de soja des États-Unis et du Brésil pour nourrir nos élevages. Soyons un peu cohérent. 

Que dit l'Élysée ? Rien justement. Tout le monde est embarrassé. Dans cette affaire, on confond la morale et la réalité. Parce qu'on s'est interdit de forer et de faire de la fracturation hydraulique parce que c'est mauvais pour notre environnement, il faudrait alors s'interdire d'importer. Il ne s'agit pas de refaire le débat sur l'extraction du gaz de schiste, il y a une loi qui l'interdit.

À lire aussi
François Hollande, le 7 mai 2019 à Paris François Hollande
Présidentielle 2022 : François Hollande tacle Ségolène Royal

C'est bien joli de vouloir se montrer vertueux, mais on sait bien que l'on ne reviendra pas sur ces contrats. Ségolène Royal a beaucoup de qualité. Elle a de l'intuition, elle est tout terrain. Mais sa spécialité c'est quand même de mettre les deux pieds dans le plat en se trompant de plat.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Ségolène royal Gaz de schiste Gouvernement
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants