2 min de lecture La France insoumise

François Ruffin écope d'une amende après des débats houleux à l'Assemblée

Lors des "Questions au gouvernement", François Ruffin a été sanctionné après des débats houleux autour du rôle du préfet de police de Paris face aux manifestations des "gilets jaunes".

François Ruffin à l'Assemblée nationale.
François Ruffin à l'Assemblée nationale. Crédit : Christophe ARCHAMBAULT / AFP
Ryad Ouslimani
Ryad Ouslimani
Journaliste RTL

Si l'ambiance à l'Assemblée nationale lors des Questions au gouvernement (QAG) est souvent houleuse, elle semble avoir été explosive mardi 19 novembre. En effet, le ton est monté lorsque des députés de la France insoumise ont évoqué la manifestation des "gilets jaunes" du samedi précédent, au point que François Ruffin a écopé d'une amende. 

Tout a commencé par une première attaque du député LFI du Nord Ugo Bernalicis envers le préfet de police de Paris Didier Lallement, qu'il a qualifié de "préfet qui fait flipper les flics". Une formule qui met en relief les méthodes jugées très offensives du préfet arrivé en poste au printemps. 

"C'est à dessein que vous l'avez nommé car il y a une adéquation entre votre doctrine de maintien de l'ordre et la réputation de ce préfet, entre l'éborgneur et le fou furieux", a lancé l'élu en demandant que Didier Lallement soit démis de ses fonctions, rapporte Le Parisien. Une sortie à laquelle a répliqué le secrétaire d'État Laurent Nuñez, qui officie auprès du ministre de l'Intérieur. 

Un brouhaha intense dans l'hémicycle

Répondant à Ugo Bernalicis, il a indiqué que le préfet appliquait "doctrine définie au niveau du gouvernement", et qu'il n'était pas question "d'empêcher le libre exercice du droit de manifester". Une réponse qui a été loin de satisfaire un autre élu des Insoumis, François Ruffin. L'élu de la Somme a fustigé la position du gouvernement, qu'il accuse de ne pas évoquer le sort des manifestants blessés

À lire aussi
Un cheminot en grève (illustration) retraites
Grève contre la réforme des retraites : "Ça ne peut bénéficier qu'aux extrêmes", dit Duhamel

Des déclarations de François Ruffin qui ont mis le feu aux poudres, provoquant un brouhaha intense. Un désordre qui n'a pas plu à Richerd Ferrand, président de l'Assemblée nationale, qui a fait noter François Ruffin au procès verbal. Une décision qui entraînera la ponction d'une amende de 1.600 euros sur l'indemnité du député. Ugo Bernalicis a pris la défense de son camarade en jugeant "inadmissible" que seul François Ruffin ait été sanctionné dans le vacarme ambiant. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
La France insoumise Assemblée nationale Ministère de l'Intérieur
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants