2 min de lecture Front national

FN : le groupe au parlement européen se fera sans Jean-Marie Le Pen et Bruno Gollnisch

Alors que la patronne du FN Marine Le Pen doit annoncer ce mardi la constitution d'un groupe au Parlement européen, Florian Philippot annonce d'ores et déjà que Jean-Marie Le Pen et Bruno Gollnisch n'en feront pas parti.

Bruno Gollnisch et Jean-Marie Le Pen le 17 novembre 2013.
Bruno Gollnisch et Jean-Marie Le Pen le 17 novembre 2013. Crédit : BERTRAND GUAY / AFP
Nicolas Marischaël avec sa famille dans son atelier-boutique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Après des mois de tractations, la présidente du Front national Marine Le Pen doit annoncer officiellement ce mardi 16 juin à Bruxelles la constitution d'un groupe au Parlement européen, baptisé "Europe des Nations et des Libertés". Un groupe qui lui permettra d'obtenir des subventions et dont son père Jean-Marie Le Pen et Bruno Gollnisch ne feront pas partie a indiqué Florian Philippot, confirmant une information du Monde.

Avec la constitution de ce groupe, le parti d'extrême droite tient enfin sa promesse des élections européennes de mai 2014, où il assurait que la constitution de ce groupe serait quasi-consécutive à l'arrivée des eurodéputés à Bruxelles. Les députés européens FN siégaient depuis les élections européennes de mai 2014 parmi les non-inscrits faute d'avoir pu constituer un groupe parlementaire. Si elle avait le nombre d'élus nécessaires (37), Marine Le Pen n'était jusque-là parvenue qu'à rassembler ses alliés "historiques" que sont le Parti pour la liberté néerlandais (PVV), le Parti de la liberté autrichien (FPÖ), la Ligue du Nord italienne et le Vlaams Belang flamand (Belgique). Soit seulement cinq nationalités représentées alors que pour former un groupe, il faut au moins 25 élus de 7 nationalités différentes.

20 à 30 millions d'euros de subventions

La patronne du FN a indiqué à l'AFP que les élus manquants ne viendraient pas de Hongrie : "Je n'ai pas changé d'avis en un an", a-t-elle rappelé, elle qui a exclu de s'allier aux élus du Jobbik hongrois et de l'Aube dorée grecque, qu'elle considère trop radicaux. Mais d'autres hypothèses étaient à l'étude : "Il y a des non-inscrits à l'état sauvage et des non-inscrits cultivés", distinguait récemment un eurodéputé frontiste.

Une source proche de la présidente du FN a laissé entendre que deux eurodéputés polonais pourraient faire partie de ce groupe, car il y a "eu beaucoup d'évolutions" au sein de ce parti d'extrême droite polonais KNP, depuis l'éviction de son sulfureux ancien président, Janusz Korwin-Mikke. Une source FN relevait mi-mai que ça pouvait "se décanter avec des élus d'Europe du nord-est". Le parti lituanien Ordre et justice faisait notamment partie des hypothèses, tout comme des élus des Démocrates suédois.

À lire aussi
Martine Vassal, candidate des Républicains, en lice pour le second tour des municipales à Marseille. élections municipales à Marseille
Les infos de 6h30 - Municipales à Marseille : Royer-Perreaut (LR) refuse une alliance avec le RN

Outre une plus grande visibilité, d'éventuelles présidences de commissions ou de sous-commissions, un groupe donne l'assurance de recevoir entre 20 et 30 millions d'euros de subventions au cours des cinq années suivantes, hors salaires et avantages des députés.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Front national Parlement européen Jean-Marie Le Pen
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants