3 min de lecture Coupe du Monde

Coupe du Monde 2018 : une victoire des Bleus pourrait-elle profiter à Emmanuel Macron ?

DÉCRYPTAGE - Et si la France remportait la Coupe du Monde en Russie cette année ? L'économie ne serait pas la seule à en profiter, les retombées positives pourraient toucher jusqu'à l'exécutif, de manière toutefois limitée.

Emmanuel Macron lors de la demi-finale France-Belgique en Russie
Emmanuel Macron lors de la demi-finale France-Belgique en Russie Crédit : GIUSEPPE CACACE / AFP
Ceciledeseze75
Cécile De Sèze
Journaliste RTL

"La victoire est belle, elle fait du bien", a confié un proche du Président à Nicolas Domenach, éditorialiste à RTL, après la victoire des Bleus face aux diables rouges, mardi 10 juillet. "Politiquement, c'était une sacrément bonne affaire que ce succès tant attendu"analyse encore Nicolas Domenach après le match France-Belgique. 

Une "victoire finale comporterait beaucoup de points positifs pour lui (Emmanuel Macron) comme pour le pays", poursuit-il. D'autant que l'exécutif est, pendant de la compétition, au plus bas niveau dans tous les sondages depuis le début du quinquennat.

L'optimisme qui gagne les citoyens peut en effet bénéficier au Président, comme ça a déjà été le cas dans le passé, même en cas de défaite en finale. Les Français se rassemblent derrière une équipe, multicolore, éloignant ainsi les tensions sociales qui secouent le pays. Le moral remonte, les sondages aussi. Mais pas systématiquement. 

+14 points pour Chirac avec le 3-0 des Bleus

En 1998, d'après les chiffres de TNS-Sofres, Jacques Chirac a largement profité du 3-0 face au Brésil au Stade de France. Sa "côte de confiance" affiche une remontée de 14 points entre juin et août. Moins franche, une remontée opère tout de même à l'Euro 2000, remporté par les Bleus, et qui offre, entre juin et août, 5 points de plus au Président dans sa côte de confiance. 

À lire aussi
Les supporters de la fan zone de Rennes, lors de la finale de la Coupe du Monde, France-Croatie, le 15 juillet 2018. Coupe du Monde
Finale de la Coupe du Monde : comment soigner votre voix cassée ?

En 2014, pendant la Coupe du Monde au Brésil quand la France est arrivée jusqu'en quarts de finale, François Hollande a aussi bénéficié d'une éclaircie dans les opinions. Paris Match publiait alors un sondage qui faisait état de 5 points de plus pour le président socialiste à la fin du mois de juin. 

Des bienfaits pas systématiques

Toutefois, ce n'est pas automatique. En 2006, alors que l'équipe de Raymond Domenech atteint la finale contre l'Italie, Jacques Chirac n'en profite pas tellement et reste très bas dans les sondages, toujours d'après les chiffres de TNS-Sofres. Même chose à l'Euro 2016 organisé en France, qui a vu les Bleus de Didier Deschamps arriver jusqu'en finale contre le Portugal. François Hollande reste alors stablement bas dans les sondages d'opinion.

L'Ifop a publié une infographie (où il faut lire Euro 2016 au lieu d'Euro 2006) affirmant que "les performances des Bleus n'ont pas eu d'influence sur la popularité des présidents de la République", "hormis pour Jacques Chirac en 1198". Des chiffres qui contredisent ceux de l'autre institut de sondages et une analyse qui ne prend pas en compte les légères remontées. 

"Nous n'y sommes pour rien, mais réjouissons-nous collectivement", s'est alors enthousiasmé le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, au lendemain de la victoire contre les Belges au micro de RTL. Puis il nuance : "Est-ce que vous pensez sincèrement que parce que dimanche soir nous aurions une issue heureuse à cette finale, les Français qui sont dans la pauvreté, la difficulté, subitement oublieraient leurs soucis ?"

Un climat social plus tendu qu'en 1998

C'est aussi l'avis d'Adélaïde Zulfikarpasic, directrice de BVA Opinion. Elle explique à RTL.fr que si en 1998 la remontée du chef de l'État de l'époque au moment de la Coupe du Monde était flagrante et même "emblématique", elle n'est pas aussi optimiste pour Emmanuel Macron en cas de victoire. Oui, il pourrait "grappiller quelques points", mais pas d'envolée comparable à celle de Jacques Chirac.

Déjà, elle nuance. Car en été, les côtes de popularité de l'exécutif ont tendance à remonter de quelques points selon Adélaïde Zulfikarpasic, d'autant plus quand il y a une compétition internationale de foot organisée. D'autre part, elle ne voit pas un effet aussi massif sur la popularité de l'actuel président notamment par rapport au contexte social, une "France plus fracturée" qu'en 1998. 

Une France où le slogan "Black Blanc Beur" n'est plus d'actualité. "Le contexte global est moins léger qu'il y a 20 ans, il y a un sentiment différent", notamment par rapport aux sujets sensibles comme "l'immigration" et surtout, "l'intégration". Elle ajoute à cela, la menace terroriste toujours présente en France. 

Si le climat peut se détendre grâce aux 23 de Didier Deschamps et permettre à Emmanuel Macron de souffler cet été à Brégançon,  une éventuelle remontée ne devrait pas tenir au-delà de l'été. En 1998, la côte de popularité de Jacques Chirac avait commencé à redescendre dès le mois de septembre.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coupe du Monde Emmanuel Macron Jacques Chirac
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7794081539
Coupe du Monde 2018 : une victoire des Bleus pourrait-elle profiter à Emmanuel Macron ?
Coupe du Monde 2018 : une victoire des Bleus pourrait-elle profiter à Emmanuel Macron ?
DÉCRYPTAGE - Et si la France remportait la Coupe du Monde en Russie cette année ? L'économie ne serait pas la seule à en profiter, les retombées positives pourraient toucher jusqu'à l'exécutif, de manière toutefois limitée.
https://www.rtl.fr/actu/politique/finale-coupe-du-monde-2018-popularite-emmanuel-macron-7794081539
2018-07-13 16:01:01
https://cdn-media.rtl.fr/cache/yB11P2K9uc9j270tKRD2-A/330v220-2/online/image/2018/0711/7794081569_emmanuel-macron-lors-de-la-demi-finale-france-belgique-en-russie.jpg