1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Fabien Roussel, l'électron (un peu trop) libre au sein de la Nupes ?
2 min de lecture

Fabien Roussel, l'électron (un peu trop) libre au sein de la Nupes ?

DÉCRYPTAGE - Le secrétaire national du Parti communiste est au cœur des critiques de la France insoumise après avoir déclaré vouloir une "gauche du travail et pas des allocs".

Julien Bayou (EELV), Fabien Roussel (PCF), Olivier Faure (PS) et Mathilde Panot (LFI) à la Fête de l'Huma
Julien Bayou (EELV), Fabien Roussel (PCF), Olivier Faure (PS) et Mathilde Panot (LFI) à la Fête de l'Huma
Crédit : THOMAS SAMSON / AFP
Marie-Pierre Haddad

Les pieds dans le plat. Fabien Roussel n'y est pas allé par quatre chemins pour entériner davantage sa différence idéologique avec la France insoumise. L'ancien candidat communiste a fait l'unanimité contre lui au sein du mouvement de Jean-Luc Mélenchon après avoir déclaré vouloir une "gauche du travail et pas des allocs"

Le mot "alloc" est lâché et fait grincer des dentsFabien Roussel a précisé que "c'est par le travail, le salaire que chacun retrouve sa dignité et la fierté de partager avec ses enfants ce qu'il a fait" en rentrant le soir. Le député communiste "souhaite une société où il n'y a plus d'allocations, de primes, mais des salaires" qui permettent de vivre. 

Dans l'entourage de l'ancien candidat communiste à la présidentielle, le soutien est total à Fabien Roussel. "Limiter l'ambition de la gauche au traitement social du chômage, c'est terrifiant. C'est d'une tristesse sans nom", explique un de ses proches. 

Mélenchon, de retour en force à la Fête de l'Huma

Pourtant, l'image en aurait ravi les partisans de la Nupes : les Insoumis, les communistes, les socialistes et les écologistes, tous rassemblés à la Fête de l'Huma, après avoir chacun fait leur université d'été séparément

À lire aussi

Mais c'était sans compter le caractère agitateur de Fabien Roussel. L'ultime sortie du secrétaire national du PCF est venue rompre une entente déjà très fragile avec la France insoumise. Après l'avoir boycottée pendant six ans, la Fête de l'Huma accueillait - sous les applaudissements - Jean-Luc Mélenchon. Un retour en force pour celui qui incarne désormais la gauche. Le troisième homme de la présidentielle en a profité pour régler ses comptes. 

"C'est énorme ce qu'on a fait, vous autres les communistes vous devez y penser plus fort que les autres, c'est la victoire de la ligne stratégique décidée ensemble en 2012 et mise en commun en 2017". Sous-entendu, pas la ligne de 2022, où Fabien Roussel a maintenu sa candidature et décidé de ne pas rallier celle de Jean-Luc Mélenchon.

2022 et maintenant ?

Avec sa nouvelle sortie polémique, Fabien Roussel irrite LFI mais remporte le pari médiatique. Il conserve la tête d'affiche à la Fête de l'Huma. Le dirigeant communiste veut éviter que son parti ne soit aspiré au sein de la Nupes par la France insoumise. L'accord inédit composé avec les écologistes et le Parti socialiste leur a permis de sortir la tête de l'eau, reconnaît un élu communiste. "On est vivant, on n'est pas mort. Mais on n'a pas gagné", résume-t-il post-présidentielle. 

"Il faut maintenant se poser des questions, il faut progresser ensemble et parfois pousser des portes un peu fort", ajoute-t-il. Car à en croire le Parti communiste tout cela s'inscrit dans la volonté de déjà préparer les prochaines échéances électorales. 

"Il faut se demander : est-ce que la gauche porte un discours qui correspond à ce que pensent les gens ?", interroge-t-on au sein du parti qui rien que par le fait de poser la question, répond par la négation.

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire