1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Fin de vie : les tergiversations d’Emmanuel Macron
2 min de lecture

Fin de vie : les tergiversations d’Emmanuel Macron

Pendant la campagne présidentielle, le président s’était dit "favorable" à une réforme de la fin de vie inspirée du modèle belge, avant de nuancer ses propos quelques semaines plus tard.

Emmanuel Macron et le pape François lors de leur rencontre du lundi 24 octobre au Vatican.
Emmanuel Macron et le pape François lors de leur rencontre du lundi 24 octobre au Vatican.
Crédit : VATICAN MEDIA / AFP
Fin de vie : les tergiversations d'Emmanuel Macron
00:02:09
Thomas Despré

S’il y a bien un sujet sur lequel le chef de l’État ne cache pas ses doutes, c’est bien celui de la fin de vie. Depuis le début de son quinquennat, le président est tiraillé et ça se voit.
Faut-il adopter en France le "modèle belge", celui qui autorise l’euthanasie pour les patients en fin de vie atteint d’une maladie incurable ? 

Pendant la campagne, interrogé par un habitant de Fouras (Charente-Maritime) atteint de la maladie de Charcot, il s’y était – pour la première fois – dit favorable… Avant de nuancer ses propos quelques semaines plus tard devant des journalistes de l’Association de la Presse Présidentielle. "Il y a des situations inhumaines qui persistent malgré la loi actuelle", avait-alors reconnu le chef de l’État.

"À titre personnel je trouve que notre système est imparfait parce qu’il est assez compliqué de se l’approprier", avait-il poursuivi, tout en émettant des réserves sur le "modèle belge", notamment l'ouverture à tous les citoyens (y compris les citoyens mineurs) du droit à l’euthanasie. "Il veut qu’on invente notre propre modèle", décrypte un proche du chef de l’État. D’où ses errements sur le sujet. 

Il ne veut brusquer personne et donner à chacun envie de s’investir dans le débat

Un proche d'Emmanuel Macron

C’est la feuille de route confiée aux 150 citoyens tirés au sort par le CESE dans le cadre de la nouvelle convention citoyenne qui débutera ses travaux début décembre. "Il ne va pas préempter les résultats avant même qu’elle n’ouvre", ajoute un conseiller.


Hors de question pour autant de tomber dans le piège de la précédente convention citoyenne (sur le climat, ndlr). Au retour de son audience avec le Pape au Vatican, Emmanuel Macron l’a confié à des journalistes : à la fin du processus, c’est lui qui tranchera et il compte bien prendre son temps, quitte à calmer les ardeurs des partisans du "droit à mourir dans la dignité" et à revenir sur son engagement d’un nouveau texte d’ici la fin de l’année 2023.

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire