1 min de lecture Jean-Luc Mélenchon

VIDÉO - Jean-Luc Mélenchon en direct de sa perquisition : "Ne me touchez pas"

Son domicile investi par les policiers, Jean-Luc Mélenchon a laissé éclater sa colère en direct sur les réseaux sociaux et a dénoncé une "opération de police politique".

>
Jean-Luc Mélenchon a laissé éclater sa colère lors de perquisitions mardi 16 octobre 2018 Crédit Image : CHRISTOPHE SIMON / AFP | Crédit Média : Jean-Luc Mélenchon / AFP | Date :
Camille Schmitt
Camille Schmitt
Journaliste

"Ne me touchez pas monsieur !" C'est la phrase incroyable prononcée par Jean-Luc Mélenchon, alors qu'il diffusait en direct sur les réseaux sociaux la perquisition qui avait lieu à son domicile, ce mardi 16 octobre dans la matinée. 

Selon nos informations, une dizaine de perquisitions simultanées ont été conduites dans la matinée, dont une au siège de la France Insoumise. Ces opérations ont lieu dans le cadre de deux enquêtes distinctes. La première a trait aux soupçons d'emplois fictifs d'attachés parlementaires du parti au Parlement européen. La seconde est liée aux comptes de campagne de Jean-Luc Mélenchon. 


Son domicile investi par les policiers, il a laissé éclater sa colère. "Personne ne me touche, ma personne est sacrée", dit le parlementaire, avant d'enfiler son écharpe tricolore. "Nous n'avons rien volé, nous sommes honnêtes", tonne-t-il. 

Toute la matinée, Jean-Luc Mélenchon a documenté en direct sur les réseaux sociaux les perquisitions. "N'ayez pas peur, résistez de toutes les façons possibles. Ne vous laissez pas intimider par eux", a-t-il appelé dans une autre vidéo, s'insurgeant contre ce qu'il considère être une "opération de police politique"

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Jean-Luc Mélenchon Perquisition Police
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants