2 min de lecture Gouvernement

États généraux de l'alimentation : Hulot est "100% en phase" avec Philippe

Alors que les rumeurs sur une éventuelle démission enflaient ces dernières heures, après son refus de participer à la clôture des États généraux de l'alimentation, le ministre de la Transition écologique a réaffirmé ses bonnes relations avec le Premier ministre.

Édouard Philippe et Nicolas Hulot, en mai 2017
Édouard Philippe et Nicolas Hulot, en mai 2017 Crédit : GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP
Claire Gaveau
Claire Gaveau
et Marie Zafimehy

"Je suis 100% en phase" avec Édouard Philippe. Nicolas Hulot a tenu à mettre les choses au point après la clôture des états généraux de l'alimentation où il a brillé par son absence. "Je veux clarifier la situation parce que parfois la communication m'échappe un peu et elle ne correspond pas vraiment à la réalité", a expliqué le ministre de la Transition écologique à la sortie d'un entretien avec Édouard Philippe à Matignon.

Des propos pour apaiser les tensions après son entretien au Monde où il n'a pas mâché ses mots. "Le compte n'y est pas", a-t-il lancé pour expliquer son absence. Il estime notamment que le bilan présenté ne reflète pas les cinq mois de discussion entre les différentes filières de l'alimentation. "Ce n’est pas un psychodrame, je considère que les conclusions ne sont pas à la hauteur de la qualité du travail extraordinaire et des propositions qui ont été faites dans les ateliers (...) Je ne vais donc pas aller faire le beau ou aller dire dans un micro que le compte n’y est pas", a-t-il expliqué au quotidien.

Par rapport à ce travail inédit, il faut que sa traduction politique soit à la hauteur

Nicolas Hulot
Partager la citation

Sur le parvis de Matignon, il a ainsi précisé sa pensée : "Nous considérons que ce travail donne une base qu'il va falloir poursuivre. Simplement, ce que j'ai souhaité dire c'est qu'à partir de là, nous allons continuer à approfondir. Je ne dis pas que rien n'a été fait". Et de poursuivre : "La confiance se fait dans les détails et par rapport à ce travail inédit qui a été fourni, il faut que sa traduction politique soit à la hauteur. Il faut un peu de temps en plus et c'est simplement ce que j'ai voulu dire". 

Il a également profité de cette sortie médiatique pour mettre fin à l'hypothèse d'une prochaine démission. Alors que ce rendez-vous, ajouté précipitamment à l'agenda de Nicolas Hulot, avait alimenté les rumeurs, le ministre de la Transition écologique a évoqué un "fantasme médiatique". "Est-ce que vous imaginez une seule seconde qu'à chaque fois qu'on peut avoir, ce qui n'est pas le cas, une interrogation ou une contrariété, on pose sa démission sur le bureau du premier ministre ?", a-t-il questionné. 

Les États généraux, une idée de Nicolas Hulot

À lire aussi
Jean-Michel Blanquer et Emmanuel Macron, le 19 juin 2019 laïcité
Macron, Blanquer, #NotInMyName... Pourquoi la majorité se déchire sur la laïcité

Les États généraux ont été lancés à partir d'une idée de Nicolas Hulot. Mais le ministre de l'Agriculture, avec qui ont éclaté plusieurs différends ces derniers mois, semble avoir repris la main. 

Un malaise que souligne l'entourage du ministre au Monde : "Il était furieux quand il a lu les conclusions, transmises tardivement par le ministère de l’agriculture, il ne les trouvait pas raccord avec les déclarations du président de la République lors de la journée des EGA à Rungis (le 11 octobre)."

Une manifestation de plus du fort caractère du ministre tel que décrit par le Président de la République. Dans sa dernière interview sur France 2, Emmanuel Macron admettait que Nicolas Hulot "n'est jamais satisfait" mais qu'il "agit".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Gouvernement Alimentation Agriculture
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants