1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Essai thérapeutique à Rennes : Marisol Touraine regrette de ne pas avoir été informée plus tôt
2 min de lecture

Essai thérapeutique à Rennes : Marisol Touraine regrette de ne pas avoir été informée plus tôt

REPLAY / INVITÉE RTL - La ministre de la Santé s'interroge sur le temps qu'a mis par le laboratoire à informer les autorités sanitaires de l'état du patient décédé.

Marisol Touraine, le 18 janvier 2016
Marisol Touraine, le 18 janvier 2016
Crédit : RTL / Frédéric Bukajlo / SIPA PRESS
Essai thérapeutique à Rennes : Marisol Touraine regrette de ne pas avoir été informée plus tôt
10:08
"Aucune raison ne justifie aujourd'hui de suspendre les essais cliniques", assure Marisol Touraine
00:30
"Une alerte plus rapide aurait été appréciée", déclare Marisol Touraine
00:40
Essai thérapeutique à Rennes : Marisol Touraine regrette de ne pas avoir été informée plus tôt
10:28
Julien Absalon
Julien Absalon

Au lendemain de la mort du patient qui était en état de mort cérébrale après sa participation à un essai clinique d'un nouveau médicament, Marisol Touraine s'est exprimée sur RTL. La ministre de la Santé a fait part, lundi 18 janvier, de ses interrogations concernant le temps qu'a mis le laboratoire à communiquer sur l'état de ce patient. Selon les premiers éléments de l'enquête, la victime décédée avait été hospitalisée dès dimanche 10 janvier, trois jours après avoir reçu une dose du médicament en question. Pourtant, la ministre n'a été informée que jeudi 14 janvier de cet accident rarissime et même inédit en France.

"Une alerte plus rapide aurait été appréciée. C'est vrai que face à un événement aussi grave, on attendait du laboratoire qu'il se manifeste plus rapidement auprès des autorités sanitaires. (...) Il n'est pas certain que l'état du malade ait été immédiatement relié à la prise du médicament. Le premier réflexe des professionnels a été de penser à un AVC", a-t-elle déclaré.

Rien ne justifie d'interrompre l'ensemble des essais cliniques

Marisol Touraine

Pour comprendre ce qui s'est passé, trois enquêtes (judiciaire, administrative et technique) ont été lancées. "Manifestement, un problème majeur s'est posé dont il est trop tôt pour identifier la cause. J'attends les résultats des premières enquêtes d'ici la fin du mois", a indiqué Marisol Touraine.

Concernant les cinq autres volontaires également hospitalisés, la ministre se montre particulièrement prudente : "Les médecins se prononcent au jour le jour et ils sont d'ailleurs dans des états très différents des uns des autres". Pour venir en aide à ces patients, "toute la solidarité nationale" va être mise à contribution : "La Sécurité sociale va mettre en place une prise en charge complète dès maintenant. Mais je souhaite que le laboratoire, dans lequel a été réalisé l'essai clinique, s'engage lui aussi directement ou à travers ses assureurs, pour que des avances financières puissent être apportées à ces personnes".

À lire aussi

Malgré l'inquiétude naissante, Marisol Touraine l'assure : "Rien ne justifie d'interrompre l'ensemble des essais cliniques". Une manière pour elle de rappeler que "tout n'est pas noir" et que la médecine française est aux "avant-postes" d'un point de vue mondial : "C'est précisément pour cette raison que nous devons être absolument intransigeants sur la qualité de la recherche et de nos essais. Il y va de la poursuite de l'excellence de la médecine française".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/