1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Emmanuel Macron : faut-il s'attendre à un remaniement après les régionales ?
2 min de lecture

Emmanuel Macron : faut-il s'attendre à un remaniement après les régionales ?

DÉCRYPTAGE - Faut-il remanier le gouvernement dans la foulée des régionales ? La question se pose pour Emmanuel Macron qui cherche la bonne formule à moins d'un an de l'élection présidentielle.

Emmanuel Macron, le 21 mai 2021
Emmanuel Macron, le 21 mai 2021
Crédit : MARTIN BUREAU / AFP
Marie-Pierre Haddad

Y-aura-t-il un remaniement après les élections régionales ? La question provoque des réactions mitigées au sein du gouvernement : regards fuyants, silence ou sourire en coin... Difficile d'en savoir plus auprès de certains membres de l'exécutif qui concèdent eux-mêmes naviguer à vue. 

Pourquoi l'hypothèse d'un remaniement est-elle sur la table ? À moins d'un an de l'élection présidentielle, Emmanuel Macron pourrait faire le choix de constituer un nouveau gouvernement pour les derniers mois de son quinquennat. Après les élections municipales en juin 2020, le chef de l'État avait fait le choix de nommer Jean Castex et un exécutif "de combat" pour donner un nouveau souffle à sa politique, très marquée par la crise sanitaire.

Le président de la République pourrait ainsi se laisser à nouveau tenter par cette option pour ouvrir une nouvelle séquence politique.  

"Ajustements" et "corrections"

Selon un ministre, des "ajustements" pourraient être opérés mais pas dans le cadre d'un remaniement  de grande ampleur. "Je ne crois pas au grand soir. On n'a pas les moyens de se le payer", estime-t-il en rappelant qu'aucune conclusion nationale ne sera tirée des résultats des élections régionales. Remanier en grande pompe reviendrait donc à acter un échec de la majorité. 

À lire aussi

Mais cela n'empêche pas d'effectuer certaines "corrections", s'avance un autre membre de l'exécutif. "Des ministres qui sont fatigués et d'autres qui n'ont pas réussi à émerger" pourraient être remplacés. Pourquoi ne pas faire entrer au gouvernement "deux, trois personnes de terrain", souffle son entourage.

Aux yeux du président, il y a ceux qui sont allés batailler aux régionales et ceux qui se sont planqués

De là à changer de premier ministre ? Une option qui n'est pas jugée crédible. Jean Castex est "loyal", rappelle un observateur bien informé. "Il prend les coups, il ne se vit pas de destin national", ajoute-t-il.
Quid des quinze ministres qui se sont lancés dans la bataille des régionales et des départementales ? "Aux yeux du président, il y a ceux qui y sont allés et ceux qui se sont planqués", nous confie-t-on. Ces nombreux doutes devraient être levés avant le 14 juillet. Selon l'entourage du président, Emmanuel Macron devrait s'exprimer pour "exposer ses choix pour la fin du quinquennat".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/