1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Emmanuel Macron : un remaniement après les élections régionales ?
3 min de lecture

Emmanuel Macron : un remaniement après les élections régionales ?

ÉCLAIRAGE - Le scrutin pourrait être l'occasion pour Emmanuel Macron d'engager un remaniement au sein du gouvernement pour mettre en place l'équipe gouvernementale qui ira jusqu'en 2022.

Jean Castex et Emmanuel Macron, le 9 juin 2021
Jean Castex et Emmanuel Macron, le 9 juin 2021
Crédit : Ludovic MARIN / POOL / AFP
Marie-Pierre Haddad

Les enseignements des élections régionales. Le scrutin des 20 et 27 juin pourrait donner lieu à plusieurs changements au sein du gouvernement et à un remaniement. Les élections municipales, dont le second tour avait eu lieu en juin 2020, avait d'ailleurs débouché sur un changement de premier ministre avec le départ d'Édouard Philippe et l'arrivée de Jean Castex à Matignon.  

Cette fois-ci, le président de la République pourrait être tenté par le changement pour la dernière ligne droite de son quinquennat, avant l'élection présidentielle de 2022. Selon les informations de France Inter, l'hypothèse du remaniement se précise de jour en jour. Selon un conseiller du président de la République cité par nos confères, "dans la semaine du 5 juillet, il y aura un remaniement"

Reste à savoir quel sera son ampleur. S'agira-t-il d'un remaniement dit "technique" ou d'un marqueur d'un tournant politique pour Emmanuel Macron ? La crise du coronavirus risquerait d'être fatale pour certains ministres et secrétaire d'État qui n'ont pas pu exister et s'imposer dans le débat. 

Il y a des secrétaires d'État, loin des balles, qui ont l'impression de ne participer à aucune décision.

Un macroniste historique à l'AFP

"Il y a des secrétaires d'État, loin des balles, qui ont l'impression de ne participer à aucune décision. Ca ne me semble pas improbable qu'ils partent", explique un macroniste historique à l'AFP. Quant à un autre proche du chef de l'État, "certains" lui "paraissent très en phase avec leur écosystème et dans une forme olympique" et "d'autres très éloignés de leur écosystème et fatigués". Auprès du Figaro, un marcheur nuance tout en admettant que "cela ne veut évidemment pas dire qu’ils ne travaillent pas, ou qu’ils sont inutiles ! Mais leur existence politique et médiatique est très relative".

À lire aussi

Cet hypothétique remaniement résulterait d'une décision hautement politique. Et Emmanuel Macron chercherait à constituer un gouvernement qui l'est tout autant. Là encore, les résultats des élections régionales pourraient peser dans la balance : les scores du Rassemblement national et la tenue ou non d'un front républicain seront passés au crible.

Castex enchaîne les déplacements pour les régionales

Jean Castex continue dans son rôle de chef de la majorité. Le premier ministre a repris ses activités, après avoir été à l'isolement pendant une semaine pour cause de cas-contact. Le chef du gouvernement a un agenda chargé. Il multipliera les déplacements dans le cadre des régionales en se rendant à Cheverny dans le Loir-et-Cher pour se soutenir le ministre Marc Fesneau, candidat de la majorité aux régionales en Centre-Val de Loire. 

Il se rendra ensuite le 17 juin à Epernay dans la Marne aux côtés de la ministre Brigitte Klinkert, tête de liste dans le Grand Est. l'après-midi sera consacré au Creusot en Saône-et-Loire pour soutenir le maire de Nevers Denis Thuriot, chef de file en Bourgogne-Franche-Comté. Le tour des candidats ne s'arrête pas là. Jean Castex se rendra ensuite à Lyon pour participer au meeting de Bruno Bonnell, candidat en Auvergne-Rhône-Alpes. Le lendemain, le18 juin, le chef du gouvernement se rendra à Bordeaux pour soutenir la ministre Geneviève Darrieussecq, tête de liste en Nouvelle-Aquitaine. 

Pour l'instant, l'entourage d'Emmanuel Macron défend une "complémentarité parfaite" entre le président et son premier ministre. "Macron parle aux jeunes, Castex aux personnes plus âgées. Macron aux CSP+, Castex aux CSP moins. À quoi bon aller griller un talent pour quelques mois avant un nouveau quinquennat ?", explique-t-on auprès de Franceinter.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/