2 min de lecture Cédric Villani

Élections municipales à Paris : Cédric Villani "espère toujours être maire"

Cédric Villani "espère toujours être maire" de Paris, malgré le dernier sondage qui le place en 5e position. Il estime que les candidats, excepté Anne Hidalgo, sont au coude-à-coude dans la course aux municipales.

Cédric Villani, le 9 septembre 2019
Cédric Villani, le 9 septembre 2019 Crédit : FRANCOIS GUILLOT / AFP
Florise Vaubien
Florise Vaubien et AFP

Le candidat dissident Cédric Villani ne perd pas espoir malgré un dernier sondage qui le place en 5e position avec 13% d’intentions de vote en mars 2020 aux élections municipales de Paris. Il a déclaré, lundi 20 janvier, espérer "toujours être maire" de la capitale. Il a également rappelé qu’il était, aux côtés du candidat officiel LaREM Benjamin Griveaux et du candidat écologiste David Belliard "dans un mouchoir de poche".

Le dernier sondage Ifop-Fiducial pour le Journal du Dimanche et Sud Radio, publié dimanche 19 janvier, le place pourtant en 5e position, avec 13% d'intentions de vote. Cédric Villani arriverait derrière la liste "Paris en commun" d'Anne Hidalgo, maire PS sortante (25% des voix), la liste "Engagés pour changer Paris" (LR) de Rachida Dati (19%), Benjamin Griveaux, candidat LaREM (15%) et David Belliard, candidat EELV (14%). 

"Je vois que ce sondage montre que je me suis maintenu depuis la déclaration de candidature, malgré le contexte où il a fallu tout faire soi-même en candidat indépendant", comme "monter des comités dans tous les arrondissements" ou "s'occuper de lever les fonds", estime-t-il.

Une course au coude-à-coude

Pour Cédric Villani, "le fait marquant", dans ce sondage, est qu'"au-delà d'Anne Hidalgo et de Rachida Dati, les trois candidats qui suivent sont dans un mouchoir de poche". Il souligne que la campagne de son adversaire Benjamin Griveaux "est passée de 21% d'intentions de vote en juillet à 15% maintenant". 

À lire aussi
Agnès Buzyn, Rachida Dati et Anne Hidalgo élections municipales
Municipales à Paris : entre Hidalgo, Dati et Buzyn où en sont les alliances ?

Celui-ci "fait campagne à droite" et "évidemment, comme l'original est toujours préféré, (il) perd des voix au profit de Rachida Dati, et (...) au lieu de dépasser les clivages, (il) recrute beaucoup de monde pour participer à un clivage droite-gauche et à des affrontements avec la maire sortante", a-t-il expliqué.

Ian Brossat, chef de file des communistes parisiens, alliés au PS dès le premier tour, a estimé pour sa part sur Sud Radio à propos de ce sondage qu'"au fond, les Parisiens se posent les choses de manière assez simple : soit on continue d'avancer avec Anne Hidalgo dans le sens de l'écologie et la justice sociale, soit on revient en arrière et c'est plutôt Rachida Dati la candidate pour ça", candidate qui prône "la bagnole partout, arrêter de faire du logement social". Rachida Dati, "en réalité, ce qu'elle propose c'est le Paris d'avant 2001, d'avant Bertrand Delanoë, celui de Jean Tiberi", a-t-il insisté.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Cédric Villani Élections municipales à Paris Anne Hidalgo
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants