3 min de lecture Nucléaire

Élections européennes : le départ de Hulot profitera-t-il aux écolos ?

Le leader d'EELV, Yannick Jadot, aborderait le scrutin de mai 2019 avec confiance, persuadé qu'il y a une carte à jouer pour les écologistes.

Pauline de Saint-Remy Les Indispensables Pauline De Saint-Rémy
>
Élections européennes : le départ de Hulot profitera-t-il aux écolos ? Crédit Image : Damien MEYER / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Générique 3
Dominique Tenza et Clarisse Martin

Les écologistes se prendraient-ils à rêver ? En tout cas, ils espèrent bien créer la surprise aux prochaines élections européennes. Ils en sont persuadés : les planètes sont parfaitement alignées. Les Français ont envie d'écologie et Nicolas Hulot n'est plus là : la place est libre.

 
À quelques mois des Européennes, ils sont crédités d'à peine 5% dans les sondages et pourtant, cela fait longtemps que les écolos n'ont pas été aussi confiants. Ils sont même "euphoriques" en ce moment, à l'image de leur chef, Yannick Jadot. L'écolo est persuadé qu'il y aura dans quelques mois, un vrai coup à jouer, et ce, pour trois raisons.

 
La première, parce que les élections européennes leurs sont traditionnellement plutôt favorables. Ensuite, parce qu’ils regardent ce qui se passe en ce moment chez nos voisins. En Bavière, ce dimanche, les Verts ont fait 17,5% en Bavière... et même 30% à Munich où ils sont arrivés en tête. 

À lire aussi
L'EPR de Flamanville devait commencer à produire de l'électricité en 2012 nucléaire
EPR de Flamanville : "Le cauchemar du nucléaire français", selon un spécialiste

Excellent score aussi à Bruxelles. C'était ce week-end les élections communales. Au Luxembourg aussi, les Verts ont gagné 3 députés. On regarde beaucoup autour de nous le score de l'extrême-droite, mais on oublie que les écolos, eux aussi progressent, et nettement. Il y a donc un contexte européen favorable.

Le départ de Hulot réjouit les écolos pour les Européennes

Et puis enfin, dernière raison pour eux de se réjouir : le départ de Nicolas Hulot. Cette démission, pour Yannick Jadot, c'est une aubaine ! Car elle prouve - selon lui - que les amis de la nature - les vrais - ne sont pas, ne sont plus au gouvernement, mais bien chez Europe  Écologie.

Yannick Jadot souhaite-t-il récupérer des voix macronistes ? Il ne s'en cache pas. Il assumerait presque le fait d'être devenu une sorte de "vote refuge" : "Tu as voté Macron... tu ne t'y retrouves plus, eh bien, viens voter écolo, viens voter Jadot... tu feras une bonne action pour la planète". Voilà le plan de bataille.


Et d'ailleurs, pour attirer un maximum d'électeurs... Yannick Jadot refuse qu'on lui colle une étiquette politique. Terminée, la caricature de l'écolo gauche-bobo qui fait du vélo et qui mange sans gluten. L'écologie ce n'est pas que ça. Le potentiel électoral est beaucoup plus large. Il vise au minimum 15% et si possible : renouveler l'exploit de 2009. À l'époque, Daniel Cohn-Bendit invente "Europe Écologie - Les Verts", et à la surprise générale c'est un carton 16% des suffrages.

Un scénario inquiétant pour Macron ?

Il inquiète une partie de l'entourage du chef de l'État, qui aimerait bien une prise de conscience et qui redoute la claque en mai prochain. "On n'a pas su remplacer Hulot, et on va le payer cher", pronostiquait hier un député La République En Marche, un des fidèles du président qui s'inquiétait : "Forcément, nos électeurs vont vouloir nous donner une leçon. L'objectif c'est d'en limiter l'ampleur." "Encore faudrait-il qu'on soit entendu", se désespérait hier soir un autre élu de la majorité.


Et ce n'est pas l'entrée au gouvernement la semaine dernière d'Emmanuelle Wargon qui va les rassurer. La nouvelle secrétaire d'État à l'Écologie, venue de chez Danone et qui nous expliquait il y a encore trois mois que l'huile de palme était le meilleur ingrédient pour le lait infantile. Cette arrivée a fait grincer quelque dents dans la majorité. Les écolos, eux, se frottent les mains.

Vers une annonce importante sur le nucléaire ?

Qu'a voulu dire Emmanuel Macron la semaine dernière dans son allocution lorsqu'il a parlé de changements "historiques et structurants" à venir ? "Historique", le mot est fort. Renseignements pris, le chef de l'État pourrait annoncer mardi prochain la fermeture de plusieurs centrales nucléaires dans les 10 prochaines années. 

Mais il pourrait aussi, rien n'est exclu, annoncer la construction de nouveaux EPR, après celui de Flamanville. Ce qui serait pour le coup, un choix historique. 

Règlements de compte à l'extrême gauche

Lutte ouvrière (LO), le parti dont Arlette Laguiller a longtemps été la porte-parole, n'a pas vraiment apprécié la mise en scène de Jean-Luc Mélenchon la semaine dernière et a tenu à le faire savoir dans un communiqué. "Quand Mélenchon s'insurge, il est loin, très loin, de ce que vivent des millions de travailleurs dont le quotidien est fait d'injustices. Il se veut insoumis, mais toute sa carrière est celle d'un politicien du système." 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Nucléaire Emmanuel Macron Environnement
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7795289196
Élections européennes : le départ de Hulot profitera-t-il aux écolos ?
Élections européennes : le départ de Hulot profitera-t-il aux écolos ?
Le leader d'EELV, Yannick Jadot, aborderait le scrutin de mai 2019 avec confiance, persuadé qu'il y a une carte à jouer pour les écologistes.
https://www.rtl.fr/actu/politique/elections-europeennes-le-depart-de-hulot-profitera-t-il-aux-ecolos-7795289196
2018-10-23 09:34:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/vHtPfM9_sRLuwkSHU2nvhA/330v220-2/online/image/2018/0822/7794497807_yannick-jadot-le-14-avril-2017.jpg