1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. ÉDITO - Présidentielle 2022 : la longue agonie de la gauche de gouvernement
2 min de lecture

ÉDITO - Présidentielle 2022 : la longue agonie de la gauche de gouvernement

À gauche, la décomposition est lente, elle s’achève en ce moment dans un long spectacle, entre Anne Hidalgo, Christiane Taubira et Arnaud Montebourg.

Anne Hidalgo, le 26 octobre 2021
Anne Hidalgo, le 26 octobre 2021
Crédit : Eric PIERMONT / AFP
ÉDITO - Présidentielle 2022 : la longue agonie de la gauche de gouvernement
00:02:33
ÉDITO - Présidentielle 2022 : la longue agonie de la gauche de gouvernement
00:02:33
L'Edito Politique Olivier Bost
Olivier Bost - édité par William Vuillez

C’est un spectacle pénible, il faut prendre son microscope pour l’observer dans les sondages. Ce spectacle raconte quand même une histoire, les derniers soubresauts du socialisme. La décomposition est lente, elle a commencé dans le quinquennat de François Hollande et s’est poursuivie dans l’opposition, dans celui d’Emmanuel Macron. Elle s’achève en ce moment dans un long spectacle, digne des plus mauvais congrès du PS.

Anne Hidalgo, Christiane Taubira et Arnaud Montebourg… Moins de 5 points dans les sondages, tout additionné, à eux 3. Le cas d’Arnaud Montebourg est désormais réglé, il abandonne. À l’inverse, Christiane Taubira se lancera samedi. Elle annoncera sa candidature à l’élection suprême. Et puis il y a Anne Hidalgo, pour elle le calvaire est loin, très loin d’être fini.

La candidate a quand même présenté son programme jeudi, 70 mesures, une bonne grosse louche de sociale démocratie, 15% d’augmentations du Smic, un chèque de 5.000 euros pour tous les jeunes à leurs 18 ans et puis de l’écologie avec pas mal d’imprécisions. Par exemple, Anne Hidalgo veut faire la transition énergétique, du 100% renouvelable sans aucun calendrier. Elle promet aussi une dose de proportionnelle. C’est beau comme une synthèse socialiste, avec rien qui dépasse. 

Candidate jusqu'au bout

Anne Hidalgo avait décidé d’être candidate par acclamation, puis de participer à la primaire populaire, puis non… Ce parcours en a dérouté quelques-uns. Même un militant socialiste depuis 40 ans et à jour de cotisation s’y perd. Certains au PS se demandent de nouveau comment débrancher cette candidature qui ne prend décidément pas. Les organisateurs de la primaire populaire, eux, faute de participants, sont en grève de la faim depuis une semaine maintenant. 

À lire aussi

Si vous découvrez cette information à l’instant, ce n’est pas une blague, ils sont prêts à mourir pour avoir un candidat unique à gauche. Malgré tout ce spectacle indécent, Anne Hidalgo sera candidate jusqu’au bout et puis elle reviendra à la mairie du Paris, pour finir son mandat. Un autre calvaire qui va être très long.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.