1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. ÉDITO - Au secours, le coronavirus revient
2 min de lecture

ÉDITO - Au secours, le coronavirus revient

Malgré la lassitude générale, la pandémie revient sur le devant de la scène et empêche la France de se projeter vers l'avenir.

Comme Gabriel Attal l'avait annoncé : l'obligation du port du masque à l'école primaire serait levée à partir du 4 octobre dans les départements où le taux d'incidence se stabilise.
Comme Gabriel Attal l'avait annoncé : l'obligation du port du masque à l'école primaire serait levée à partir du 4 octobre dans les départements où le taux d'incidence se stabilise.
Crédit : Ludovic MARIN / AFP
Le Covid revient... dans le débat
02:45
Le Covid revient... dans le débat
02:45
Olivier Bost - édité par Aymeric Parthonnaud

La 5e vague de Covid-19 est là. Politiquement, personne n’a envie d’en reparler. Aucun calcul politique n’est bon. Les paranos vont se dire qu’Emmanuel Macron veut nous enfermer, nous contrôler... D’autres pensent ou espèrent, au contraire, que le gouvernement va se retrouver enlisé dans cette crise. Rien n’est bon…

Le mieux serait de ne plus en entendre parler mais voilà nous sommes bel et bien dans une 5ème vague. C’est le professeur Delfraissy qui l’a dit. "Je sais combien cette situation entraîne de la lassitude", a reconnu quelques heures plus tard Gabriel Attal le porte-parole gouvernement qui semblait tellement sincère que cela donnait aussi le sentiment qu’il parlait d’abord de lui... 

Le gouvernement doit tout à la fois : nous inciter à nous faire re-vacciner et à re-faire attention. Et, en plus, sans nous faire peur. Il ne doit rien exclure par principe. Les affirmations ont été si souvent démenties par la suite que l’emploi des conditionnels est devenu une règle absolue. Dire "il n’est pas envisagé de reconfinement", chez pas mal de gens, ça raisonne comme… il y aura un confinement, ils préparent les esprits. Comme il ne devait pas y avoir de passe sanitaire pour les restaurants, pas de vaccination des enfants, pas de troisième dose sur le passe, etc.

Nous observons ce qui se passe chez nos voisins. Certains pays encaissent la 5ème vague sans souci. Dans d’autres comme l’Autriche, les Pays-Bas, l’hôpital n’arrive plus à faire face… En France, résume un ministre, "on ne sait pas de quel côté la pièce va tomber". Pour être un petit peu optimiste, Gabriel Attal l’a dit hier : "Nous traversons désormais chaque vague, mieux que la précédente". Merci les vaccins…

À écouter aussi

"Tout reconfinement, tout enfermement ne serait plus possible…", explique un conseiller d’Emmanuel Macron. Il faut que ça passe comme ça. Valérie Pécresse et Xavier Bertrand ont repris dimanche dernier lors des longs débat LR l’idée de la solution autrichienne : un reconfinement, en cas de besoin, des non-vaccinés… Hier soir, Jean-Luc Mélenchon a demandé le retour de la gratuité des tests. Voilà de quoi provoquer des débats et ramener le sujet à l’Élysée… Or "Emmanuel Macron n’a pas du tout envie de replonger là-dedans",  explique l’un de ses proches. Le Président-pas-encore-complétement-candidat veut surtout avancer, nous projeter vers l’avenir. Le coronavirus nous ramène tous en arrière. 

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/