2 min de lecture Violences conjugales

"Des Marie Trintignant, il y en a des centaines de milliers", dit Marlène Schiappa

VIDÉO - La secrétaire d'État à l'Égalité entre les femmes et les hommes réagit aux images inédites des auditions de Bertrand Cantat en 2003, après le meurtre de Marie Trintignant

>
"Des Marie Trintignant, il y en a des centaines de milliers", déplore Marlène Schiappa Crédit Image : M6 | Crédit Média : M6 | Date :
Eleanor Douet
Eléanor Douet

Seize ans après le meurtre de Marie Trintignant, M6 diffuse les images inédites de l'audition de Bertrand Cantat devant les juges lituaniens. Dans ce document à retrouver dimanche 24 novembre dans Enquête exclusivele chanteur de Noir Désir décrit les violents coups qu'il a portés à l'actrice dans la nuit du 26 au 27 juillet 2003, et qui ont provoqué sa mort quelques jours plus tard, le 1er août.

Aux juges, Bertrand Cantat explique que cette nuit-là, avant qu'il ne la frappe, Marie Trintignant "est devenue très très agressive, hystérique et m'a frappé d'un coup de poing au visage". Une défense dénoncée par Marlène Schiappa, invitée à réagir à ces images.

"Ça, c'est quelque chose que l'on voit très souvent : 'elle avait un caractère difficile', 'elle était invivable', 'elle a fait quelque chose qui m'a mis en colère et m'a amené à la tuer'. Comme si la femme était responsable elle-même. C'est ce que les Américains appellent le "victim blaming", le fait de blâmer la victime pour un acte que le bourreau a commis", souligne la secrétaire d'État à l'Égalité entre les femmes et les hommes. 

Quand on aime quelqu'un, on ne le tue pas

Marlène Schiappa, secrétaire d'État à l'égalité entre les femmes et les hommes
Partager la citation

Cette dernière juge que "bien sûr cette affaire est emblématique" de toutes les autres. "Je suis assez frappée de voir à quel point il y a des similitudes dans la relation toxique que l'agresseur instaure. Des Marie Trintignant, il y en a des centaines de milliers en France", déplore Marlène Schiappa.

À lire aussi
Chaque année, plus de 200.000 femmes sont victimes de violences conjugales violences conjugales
Confinement : les violences conjugales en hausse de plus de 30% partout en France

L'autre axe de défense de Bertrand Cantat repose sur une phrase : "On s'aimait trop". "C'est absurde", affirme Marlène Schiappa. "Quand on aime quelqu'un, on ne le tue pas, on ne la tue pas. Et je pense que ce ne sont pas des crimes d'amour, mais de possession. C'est très différent. S'il s'agit de crime passionnel et qu'on tuait par amour, les femmes aiment aussi et pourtant les femmes ne tuent pas, ou presque pas en proportion par rapport aux hommes", conclut-elle. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Violences conjugales Bertrand Cantat Marlène Schiappa
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants