1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Déconfinement : l'heure du verdict pour Emmanuel Macron
2 min de lecture

Déconfinement : l'heure du verdict pour Emmanuel Macron

DÉCRYPTAGE - Est-il trop tôt pour déconfiner ? La stratégie adoptée est-elle la bonne ? Les questions sont nombreuses au moment où la France rouvre ses terrasses, cinémas et musées. Le gouvernement met en garde contre "les prophètes de malheur".

Emmanuel Macron, le 17 mai 2021
Emmanuel Macron, le 17 mai 2021
Crédit : SARAH MEYSSONNIER / POOL / AFP
Marie-Pierre Haddad

Les fraîches températures de ce mois de mai n'ont pas freiné la volonté du gouvernement de renouer avec les jours heureux. Ce 19 mai marque la première étape du déconfinement avec la réouverture des terrasses, des cinémas, des commerces et des musées. C'est pourquoi l'exécutif s'est tenu prêt avec une opération de communication de grande envergure. Emmanuel Macron, Jean Castex et les ministres du gouvernement ont partagé un café en terrasse ce 19 mai

Comme lors du premier déconfinement le 11 mai dernier, Emmanuel Macron est attendu au tournant. Mais cette fois-ci, le président de la République ne bénéficie plus de l'effet "première fois". Ce qui explique cette levée de confinement séquencée, étape par étape, pour éviter une reprise de l'épidémie. 

Le président de la République est désormais face à ses décisions, après avoir été très critiqué pour ne pas avoir suivi les recommandations du Conseil scientifique et avoir pris des mesures jugées tardives concernant les variants anglais et indien.

Des "signaux au vert"

"J'ai envie de vous dire : habituons-nous à essayer de vivre ensemble le temps présent", a déclaré Emmanuel Macron en rappelant la nécessité de "rester prudent" afin de "réussir collectivement à maîtriser l'épidémie". Le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal défend avec fermeté la stratégie décidée par le président de la République. "On voit aujourd'hui que les signaux sont au vert et ça démontre que le président de la République a eu raison dans ce calendrier", s'est-il félicité sur RTL.

À lire aussi

Pour le candidat aux élections régionales dans les Hauts-de-Seine, les derniers chiffres de l'évolution de l'épidémie "donnent tort à tous les prophètes de malheur, à tous ceux qui ne croient pas à la responsabilité des Français".

L'exécutif mise sur l'optimisme avec la réouverture du pays. Selon Olivier Véran, la France va "bientôt" arriver à un point où le masque ne sera plus obligatoire en extérieur. "Si la circulation du virus continue à baisser, ça va être rapidement envisagé", a indiqué le ministre de la Santé sur BFMTV.

Un recul net de l'épidémie au niveau national

Selon les derniers chiffres de Santé publique France, le taux d'incidence a chuté à 142 nouveaux cas pour 100.000 habitants sur sept jours. Début avril, il culminait à plus de 400 début avril. 

La décrue se poursuit aussi à l'hôpital : le nombre de malades du coronavirus atteignait moins de 23.000 lundi (22.749), au plus bas depuis octobre. "Parmi eux, quelque 4.190 patients étaient soignés dans les services de réanimation, un niveau en baisse constante", note l'AFP tout en précisant que l'Île-de-France et les Hauts-de-France dépassent toujours les 100% d'occupation de leurs services de soins critiques. 

Concernant la campagne vaccinale, 490.000 doses de vaccin anti-Covid ont été injectées chaque jour de la semaine écoulée en France. Cela signifie que 0,72% de la population française a reçu quotidiennement une dose. D'ici à fin juin, la France doit recevoir plus de 23 millions de doses, soit quasiment autant que le nombre de doses reçues depuis mi-mars. Le rythme de vaccination a progressé plus rapidement chez nos voisins européens, comme l'Allemagne (0,84% de la population y a reçu quotidiennement une dose cette semaine) ou l'Italie (0,81%). 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/